Navigation – Plan du site

Expressions parenthétiques dans un corpus parallèle français-grec : les adverbiaux de conviction personnelle

Fryni Kakoyianni-Doa

Résumés

Le présent article est consacré à l’étude descriptive et comparative d’un sous-ensemble d’adverbiaux de phrase français et grecs, dits parenthétiques, qui se réfèrent à la conviction personnelle du locuteur vis-à-vis de l’information transmise. Plus particulièrement, sont examinées, dans un corpus réel, des formes adverbiales de conviction personnelle qui ont des rapports étroits avec les verbes parenthétiques croire et penser.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 La notion de « verbe parenthétique » a été introduite par Urmson (1952) et l’expressi (...)

1Si le comportement des constructions dites « parenthétiques » (constructions qui présentent une autonomie syntaxique renforcée par un décrochement intonatif ou par d’autres indices de force illocutoire ; voir Forget, 2000) pose encore d’épineux problèmes à ceux qui se penchent sur leur analyse linguistique, c’est parce qu’elles sont difficiles à définir par un ensemble de propriétés homogènes tant à l’oral qu’à l’écrit. Pour les constructions parenthétiques, malgré l’idée première d’autonomie syntaxique et prosodique de la phrase dans laquelle elles s’insèrent, il est, en effet, fréquemment question de statut prosodique, illocutoire, de propriétés syntaxiques ou de propriétés de portée qui ne sont pas forcément univoques (Cornulier, 1978 ; Delais-Roussarie, 2005 ; Bonami et Godard, 2008) ; de ce fait, la question des « insertions parenthétiques »1 reste un débat ouvert.

2En particulier, plusieurs auteurs se sont penchés sur le concept de la parenthéticité des adverbiaux ; les diverses appellations utilisées pour désigner les adverbiaux ayant des propriétés de parenthéticité confirment la complexité de la question. L’adverbial est nommé soit « parenthétique » (Jackendoff, 1972 ; McCawley, 1982 ; Haegeman, 1991 ; Asher, 2000), soit « incident » (Dessaintes, 1960 ; Marandin, 1998 ; Bonami et al., 2004), soit « disjoint » (Greenbaum, 1969 ; Molinier et Lévrier, 2000). Bonami et Godard (2007), plutôt que d’introduire encore de nouveaux termes, ont choisi de spécialiser les deux termes existants (parenthétique et incident). Pour eux, sont « parenthétiques » les constituants dont le sens n’est pas ajouté au contenu de l’acte illocutoire effectué par la phrase dans laquelle ils apparaissent. Par ailleurs, ces auteurs désignent comme « incidents » les constituants qui sont isolés prosodiquement du reste de la phrase dans laquelle ils apparaissent. Enfin, ils nomment « ajouts incidents » les constituants qui ont simultanément une prosodie incidente et une fonction syntaxique d’ajout (Bonami et Godard, 2007 : 257).

3Pour le cas qui nous occupe, à savoir les adverbiaux dits de conviction personnelle (Kakoyianni-Doa, 2008), rappelons qu’ils sont extérieurs à l’assertion et qu’ils constituent un commentaire sur l’acte illocutoire puisque le locuteur exprime sa pensée ou sa croyance. Ces formes, dont la portée s’étend sur toute la phrase, sont utilisées par le locuteur autant pour exprimer un point de vue subjectif ou une constatation personnelle, que pour informer l’interlocuteur qu’il est la source de l’information, qu’il la reprend à son propre compte et que celle-ci n’est donc pas une vérité absolue. En outre, les adverbiaux de conviction personnelle entrent dans la catégorie des parenthétiques – comme Borillo (2004 : 39) l’affirme –, étant extérieurs au contenu sémantique de l’énoncé et jouant à peu près le même rôle que les formes verbales je crois et je pense, d’ailleurs également considérées comme parenthétiques par Blanche-Benveniste et Willems (2007 : 217).

4Nous verrons effectivement à partir de « Source Corpus », un corpus de données authentiques que nous avons élaboré, que l’on trouve dans la classe des adverbiaux de conviction personnelle des formes qui ont des rapports étroits avec les formes verbales je crois et je pense. Le phénomène est plus évident lorsque ces énoncés particuliers sont traduits. Nous avons en effet remarqué, dans le corpus parallèle « Source Corpus » comprenant la paire français-grec que nous étudions, que les correspondants grecs des adverbiaux de conviction personnelle français sont souvent les formes verbales je crois et je pense (c’est-à-dire des verbes parenthétiques, au sens de Blanche-Benveniste et Willems, 2007) ou des formes pléonastiques qui sont en cooccurrence avec les verbes croire et penser conjugués à la première personne (selon moi je crois, à mon avis je pense, si vous voulez mon avis je crois, d’après moi je pense, etc.). Sur la base de cette constatation, nous avançons l’hypothèse selon laquelle le concept de parenthéticité serait plus marqué dans le grec moderne qu’en français, et tentons parallèlement de chercher les causes éventuelles de cet écart.

5Le présent article comprend trois parties. La première décrit le cadre méthodologique adopté pour le recensement des adverbiaux de conviction personnelle ainsi que le corpus parallèle français-grec choisi à cette fin. La deuxième partie présente les résultats du recensement des adverbiaux de conviction personnelle, à savoir la fréquence des différentes formes adverbiales ainsi que les entrées (« variantes ») dans les deux langues. Enfin, seront collationnées, dans une perspective comparatiste, les propriétés (morpho)syntaxiques, sémantiques et pragmatiques des adverbiaux de conviction personnelle qui sont en rapport avec les verbes penser et croire dans les deux langues.

2. Cadre méthodologique et corpus

6Pour le recensement des adverbiaux dits de conviction personnelle (à mon avis, selon moi, à mon sens, etc.), nous nous sommes inspirée du modèle de classement des adverbiaux français, aussi bien pour ce qui était de la classification syntaxico-sémantique des adverbiaux monolexicaux (ou simples) (Molinier, 1984 ; Molinier et Lévrier, 2000) que du classement morphosyntaxique des adverbiaux polylexicaux (ou complexes) (Gross, 1986). Une première répartition, effectuée au niveau morphosyntaxique, permet de distinguer les adverbiaux monolexicaux (ou simples) des adverbiaux polylexicaux (ou complexes). Une deuxième distinction, s’appuyant sur la notion de compositionnalité, permet de différencier les adverbiaux productifs et notamment ceux qui sont dérivés d’adjectifs, des adverbiaux non compositionnels, appelés adverbiaux (semi-)figés. Une troisième répartition est opérée au niveau fonctionnel, et permet de séparer les adverbiaux intégrés à la proposition (ceux qui sont rattachés au prédicat verbal ou à tout autre constituant de la phrase) des adverbiaux de phrase (ceux qui permettent de modifier une phrase entière). Pour ce qui est des adverbiaux de phrase, ils sont divisés en deux sous-classes syntaxico-sémantiquement homogènes : d’une part, celle des adverbiaux conjonctifs servant à établir un lien entre des unités du discours (ceux-ci correspondraient aux « connecteurs logiques ») et, d’autre part, la sous-classe des adverbiaux disjonctifs qui expriment la prise de position du locuteur vis-à-vis de son énoncé ou l’attitude du locuteur par rapport au contenu propositionnel. Enfin, la dernière distinction est effectuée au niveau sémantique. Les adverbiaux dits de conviction personnelle prennent place à l’intérieur de la classe des adverbiaux disjonctifs (ou d’énonciation). La figure 1 en annexe illustre les différents niveaux de classement des adverbiaux français (Gross, 1986 ; Molinier et Lévrier, 2000) ainsi que les classes et sous-classes établies.

7Nous identifions par conséquent les adverbiaux de conviction personnelle, français et grecs, par les propriétés des structures suivantes :

  • présence dans ces formes syntaxiquement complexes de substantifs tels que avis (άποψη + γνώμη), point de vue (σκοπιά), jugement (κρίση), accompagnés du déterminant possessif de première personne mon (δικ[ός-ή-ό] μου, μου), notre (δικ[ός-ή-ό] μας, μας), ou présence du pronom personnel tonique de première personne moi (εμένα, μένα, εμέ), nous (εμάς, μας) ;
  • présence dans des formes phrastiques des verbes d’opinion penser (νομίζω) et croire (πιστεύω, θεωρώ) à la première personne du présent : à ce que je pense (απ’ ό,τι νομίζω [Ε + εγώ]).

8Les propriétés de ces adverbiaux une fois spécifiées, nous les avons recherchés au sein du corpus parallèle français-grec « Source Corpus », qui comprend 50 millions de mots pour le français et 30 millions de mots pour le grec (http://sourcecorpus.eu/​ [accès restreint]). Ce corpus, constitué de textes appartenant à des genres divers (politiques, littéraires, journalistiques et éducatifs), comprend aussi bien des textes parallèles existants que des textes français-grec numérisés et parallélisés par nos soins. La constitution de ce corpus, s’appuyant sur les dernières tendances de la linguistique de corpus (Wichmann et al., 1997 ; Partington, 1998 ; Sinclair, 2004), vient combler un manque et répond à une attente de ressources authentiques pour la paire linguistique français-grec, particulièrement utiles pour les études contrastives, le domaine de l’enseignement et de la traduction.

9Pour ce qui est de la problématique du présent article, nous avons porté une attention particulière à l’une des composantes du « Source Corpus », à savoir le corpus parallèle politique « Europarl » (Koehn, 2005) qui comprend les actes du Parlement européen recueillis entre 1996 et 2011, et qui inclut les versions d’une vingtaine de langues européennes parmi lesquelles le français et le grec. Nous avons choisi « Europarl » pour les raisons suivantes : (i) la qualité de l’alignement au niveau des textes comme au niveau des paragraphes ; (ii) la qualité de l’interprétation ; (iii) l’étendue du corpus ; (iv) la nature initialement orale des textes, qui justifie la présence accrue de ces adverbiaux ; (v) le fait que ce type de discours – le débat institutionnel oral des eurodéputés – comporte par définition un grand nombre d’adverbiaux de conviction personnelle. La figure 2 en annexe présente, à titre d’illustration, un extrait de discours politique aligné au niveau des adverbiaux dits de conviction personnelle.

3. Fréquences et variantes

10Sur la base des critères précités, le recensement nous a permis de rassembler une quarantaine de types d’adverbiaux de conviction personnelle dans les deux langues, dont les formes à ce que je crois et à ce que je pense (voir la figure 3 en annexe).

11Le moteur de recherche de « Source Corpus » nous a permis par ailleurs d’obtenir les résultats chiffrés suivants : 8 966 occurrences d’adverbiaux de conviction personnelle français dont 4 581 occupent la position initiale dans la phrase. Pour ce qui est du grec, on compte 13 413 occurrences d’adverbiaux dont 4 583 se trouvent en tête de phrase. Bien que le corpus grec (30 millions de mots) soit manifestement moins important que le corpus français (50 millions de mots), nous observons une présence de ces adverbiaux plus élevée (+ 34 %) que celle en français.

  • 2 La règle veut qu’en grec « le possessif soit hors enclave et placé derrière le substa (...)

12Le corpus « Europarl » nous a également permis de recenser de nouvelles structures non inventoriées auparavant (Kakoyianni-Doa, 2008), aussi bien en français qu’en grec. Pour le français, nous avons relevé les formes selon ma conviction, selon mon avis, selon mon point de vue ainsi que selon mon opinion, formes non identifiées auparavant. En effet, pour le français, la préposition selon combinée avec les substantifs avis, opinion, point de vue est représentée dans le corpus « Europarl » alors qu’elle l’est moins dans les corpus de textes disponibles sur le web. Nous notons par ailleurs, d’une part, une alternance fréquente entre les prépositions selon et à dans les types de constructions précités et, d’autre part, une combinaison des substantifs avis, opinion avec l’adjectif personnel comme dans à mon avis personnel / selon mon avis personnel / selon mon opinion personnelle. Enfin, les formes à ce que je pense, à ce que je crois, à mon avis, je pense / je crois ont également été recensées. Pour ce qui est du grec moderne, les nouvelles données sont plus nombreuses. Nous avons compté 8 334 formes comprenant le déterminant possessif réduit (ou simple) contre 60 comprenant le possessif complexe2. Nous avons repéré des constructions telles que : (i) κατά την πεποίθηση / γνώμη / άποψη τη δική μου (« selon la conviction / avis / point de vue la / le mien ») ; (ii) κατά την ειλικρινή μου γνώμη / κατά την ειλικρινή μου άποψη (« à mon sincère avis / à mon sincère point de vue ») ; (iii) για (εμένα + μένα) προσωπικά (« pour moi personnellement ») ; (iv) από ό, τι νομίζω (« à ce que je pense »), κατά τη γνώμη μου, πιστεύω (« à mon avis, je pense »). À noter que dans notre article, une traduction mot à mot (entre parenthèses dans le corps du texte ou entre crochets dans les exemples) est proposée après chacun des segments grecs.

 

  • 3 En effet, seuls certains documents ont des marqueurs qui permettent d’identifier la l (...)

13Il convient ici de mentionner – en le regrettant – que la langue source des exemples tirés du corpus « Europarl » n’est pas définie, car le corpus ne présente pas d’annotations qui permettent d’identifier le locuteur en question3. Nous sommes consciente des inconvénients – indépendants de notre volonté – que cela peut représenter pour les chercheurs et espérons pouvoir y remédier à l’avenir.

4. Propriétés (morpho)syntaxiques, sémantiques et pragmatiques

4.1. Propriétés morphosyntaxiques

14Les adverbiaux que nous avons appelés « adverbiaux de conviction personnelle » (Kakoyianni-Doa, 2008 : 229), contiennent un morphème déictique de première personne (pronom personnel sujet, tonique ou possessif), comme à mon avis (κατά τη [γνώμη + άποψή] μου), selon moi (κατ’ εμέ), et ont été en partie décrits par Nølke (1993), Molinier et Lévrier (2000), Borillo (2004), Coltier et Dendale (2004), et par Kakoyianni-Doa (2008) dans une étude comparative entre français et grec moderne. Par ailleurs, comme il a été déjà dit plus haut, ces adverbiaux de conviction personnelle présentent des formes qui contiennent les verbes croire et penser conjugués à la première personne (à ce que je crois, à ce que je pense), considérés comme verbes parenthétiques ou de rection faible, à valeur épistémique (Blanche-Benveniste et Willems, 2007 : 217).

 

15En français, nous trouvons fréquemment dans le corpus les deux formes susceptibles des deux types de réalisation : le détachement transcrit par l’utilisation de virgules (exemple [1]) et le détachement transcrit sans l’utilisation de virgules (exemple [2]).

[1] C’est et c’était bien ainsi et, à ce que je crois, couronné de succès.
  (Europarl fr)
[2] En travaillant ensemble, nous sommes parvenus à ce que je pense être un bon compromis.
  (Europarl fr)

En grec moderne, ces deux formes sont moins d’usage. Dans le corpus, seule la forme από ό,τι νομίζω (« à ce que je pense »), forme de conviction personnelle, s’y trouve recensée :

[3] Θα ήταν ευχάριστο και ικανοποιητικό να μπορέσουμε να μεταφέρουμε στο Όσλο και το Ρεϋκιαβίκ το μήνυμα του Ευρωπαϊκού Κοινοβουλίου και, από ό,τι νομίζω, της Επιτροπής ότι η όλη Βόρεια Ένωση Διαβατηρίων έχει περισσότερες δυνατότητες να επιβιώσει στα πλαίσια μιας ρύθμισης στην Ευρώπη. (Europarl gr)
  [Ce serait agréable et satisfaisant de pourrons de transmettre au Oslo et le Reykjavik le message du Parlement européen et, de ce que je pense, de la Commission que toute la Nordique Union des Passeports a plus de possibilités de survivre dans le cadre d’une réforme en Europe.]

16Par ailleurs, en grec moderne, les adverbiaux de conviction personnelle sont attestés avec les verbes de croyance et de pensée conjugués à la première personne. En effet, il est notoire que dans le corpus parallèle, les correspondants fréquents des adverbiaux à mon sens, à mon avis, selon moi sont, en grec, les verbes θεωρώ (« considérer », « croire », « supposer », « tenir pour »), comme en [4], νομίζω (« croire ») en [5], ou πιστεύω (« penser ») en [6], certaines fois précédés par l’adverbial προσωπικά (« personnellement ») comme en [7] et [8]. Par exemple :

[4] C’est à mon sens une grave omission. (Europarl fr)
  Aυτό το θεωρώ μεγάλη παράλειψη. (Europarl gr)
  [Ceci le je considère grande omission.]
  • 4 L’adverbial à mon avis correspond au verbe νομίζω (« je pense ») du (...)
[5] À mon avis l’intervention de Mme Reding au nom de la Commission est tout aussi positive dans la mesure où elle vise la modification du rôle d’intervention de la Commission. (Europarl fr)
  Νομίζω4 έχει μια θετική παρέμβαση και η κ. Reding εκ μέρους της Επιτροπής, για να τροποποιηθεί ο ρόλος της παρέμβασης της Επιτροπής. (Europarl gr)
  [Je pense il a une positive intervention et la Mme Reding de part de la Commission, pour changer le rôle de sa intervention de la Commission.]
[6] Cette situation est, selon moi, vraiment insupportable.
  Πιστεύω ότι η κατάσταση αυτή είναι πραγματικά απαράδεκτη.
  [Je crois que la situation celle-ci est vraiment inadmissible.]
[7] À mon avis, rien ne garantit que l’on va gagner du temps. (Europarl fr)
  Προσωπικά, νομίζω, ότι τίποτα δεν εγγυάται ότι θα πάμε πιο γρήγορα. (Europarl gr)
  [Personnellement, je crois, que rien ne garantit que nous irons plus vite.]
[8] C’est à mon avis l’une des conférences les plus enrichissantes auxquelles j’aie assisté pendant mon mandat de député européen. (Europarl fr)
  Προσωπικά, θεωρώ ότι αυτή ήταν μία από τις πλέον αποδοτικές Διασκέψεις που έχω παρακολουθήσει κατά τη διάρκεια της θητείας μου ως βουλευτής του Ευρωπαϊκού Κοινοβουλίου. (Europarl gr)
  [Personnellement, je considère que celle-ci était une de les plus rentables conférences que j’ai suivies durant la durée de la mandat mon comme député du Parlement européen.]

17Les adverbiaux de conviction personnelle du français et du grec moderne qui sont en cooccurrence avec les verbes d’opinion croire et penser conjugués à la première personne sont également recensés dans le corpus examiné (selon moi je crois, à mon avis je pense, si vous voulez mon avis je crois, d’après moi je pense, etc.) ; voir les exemples [9] et [10].

[9] À mon avis, je crois qu’il est temps d’abandonner les modèles traditionnels de lutte contre la criminalité. (Europarl fr)
  Κατά τη γνώμη μου, πιστεύω πως έφτασε η στιγμή να εγκαταλείψουμε τα παραδοσιακά πρότυπα καταπολέμησης του εγκλήματος. (Europarl gr)
  [À mon avis, je crois, que est arrivé le moment de abandonnons les traditionnels modèles lutte du crime.]
[10] Aussi, à mon avis, je pense que la Commission ferait bien d’appuyer bon nombre d’amendements présentés par le Parlement. (Europarl fr)
  Επομένως, κατά τη γνώμη μου, η Επιτροπή θα έπραττε καλώς αν στήριζε πολλές από τις τροπολογίες που υποβάλλει αυτό το Κοινοβούλιο. (Europarl gr)
  [Par conséquent, à la avis ma, la Commission agirait bien si elle soutenait plusieurs de les amendements que soumet ce le Parlement.]

18Il est à noter qu’en grec moderne, la forme complexe et assez redondante (adverbial + verbe) est fréquente, quoiqu’elle ne se rencontre pas avec le verbe νομίζω (« penser »). À mon avis, je pense est traduit par l’adverbial κατά τη γνώμη μου dans l’exemple [10].

19Selon Borillo (2004 : 37), puisque les adverbiaux de conviction personnelle, qu’elle appelle « adverbes d’opinion forte », font référence à l’univers de pensée ou de croyance du locuteur, plus particulièrement à sa croyance, à sa connaissance, à son jugement et non à une autre faculté ou à un autre aspect de sa personne, et que les formes verbales de pensée et de croyance telles que je crois et je pense se réfèrent exactement au même univers, leur combinaison est sentie comme une sorte de redondance. En outre, Borillo (1982) classe le verbe croire parmi les verbes assertifs ; or, si ces verbes étaient des éléments assertifs, représentant une vérité absolue, ils ne pourraient pas se combiner avec des éléments basés sur un sentiment ou une opinion personnelle. Malgré cela, la reprise pléonastique, voire « erronée », est d’emploi attesté dans le corpus « Europarl » (voir les exemples [8], [9] et [10]). Nous constatons que dans les deux langues, un état mental subjectif est impliqué ; la personne qui croit, qui pense se place souvent d’un point de vue qui lui est particulier. L’incompatibilité de type platonicien entre la croyance (subjective) et la connaissance (scientifique) pourrait alors être posée comme une propriété discriminatoire qui rendrait cette reprise pléonastique entre les adverbiaux de conviction personnelle et les verbes de pensée ou de croyance, déplacée, « erronée ». Cette combinaison conflictuelle serait présente pour montrer que le locuteur fait tout pour prendre des distances par rapport à ce qu’il dit. Or ces adverbiaux refusent, dans les deux langues, la cooccurrence avec des verbes à la première personne dénotant des sensations, des affects ou des impressions, car le locuteur est le seul juge, d’un point de vue objectif.

[11] *(À mon avis + Selon moi), je ne me sens pas bien.
  *(Κατά τη γνώμη μου + Κατ’ εμέ), δεν αισθάνομαι καλά.
  [(À la avis mon + Selon moi) je crois, ne je ressens bien.]
[12] *(À mon avis + Selon moi), j’ai l’impression que tu exagères.
  *(Κατά τη γνώμη μου + Κατ’ εμέ), έχω την εντύπωση ότι υπερβάλλεις.
  [(À la avis mon + Selon moi) j’ai la impression que tu exagères.]

4.2. Propriétés syntaxiques

20Du point de vue syntaxique, les adverbiaux de conviction personnelle peuvent se placer librement parmi les constituants majeurs de la phrase (voir les exemples [13] à [15]), bien que la position finale de ces adverbiaux soit moins courante en grec moderne (exemple [14]).

[13] (À mon avis + Selon moi + À ce que je pense), il serait un très bon candidat.
  (Κατά τη γνώμη μου + Κατ’ εμέ + Απ’ ότι νομίζω), θα ήταν ένας πολύ καλός υποψήφιος.
  [(À la avis mon + Selon moi + À ce que je pense), il serait un très bon candidat.]
[14] Il serait un très bon candidat, (à mon avis + ?selon moi + ?à ce que je pense).
  Θα ήταν ένας πολύ καλός υποψήφιος, (?κατά τη γνώμη μου + ?κατ’ εμέ + ?απ’ ότι νομίζω).
  [Il serait un très bon candidat (?à la avis ma + selon moi + à ce que je pense).]
[15] Il serait, (à mon avis + selon moi + à ce que je pense), un très bon candidat.
  Θα ήταν, (κατά τη γνώμη μου + κατ’ εμέ + απ’ ότι νομίζω), ένας πολύ καλός υποψήφιος.
  [Il serait (?à la avis ma + selon moi + à ce que je pense) un très bon candidat.]

21Si toutefois l’autonomie intonative est généralement marquée par la ponctuation ou les tirets incitant à la pause comme dans l’exemple [16],

[16] Cela aidera – à mon avis – beaucoup à la résolution de ce problème.
  θα βοηθήσει – κατά τη γνώμη μου – πολύ στη λύση αυτού του προβλήματος.
  [Cela aidera – à la avis ma – beaucoup à la solution celui du problème.]

les adverbiaux de conviction personnelle ici recensés qui proviennent, rappelons-le, d’un discours initialement oral, semblent avoir été réalisés avec une prosodie ordinaire, similaire à celle qui serait utilisée pour un complément du verbe comme dans les exemples [17] et [18] ci-dessous. Dans les deux langues, nous rencontrons en effet souvent ces adverbiaux sans aucun indice de ponctuation :

[17] Cette proposition est à mon avis tout aussi absurde. (Europarl fr)
  Κατ’ εμέ αυτή η πρόταση είναι εξίσου παράλογη. (Europarl gr)
  [Selon moi cette la proposition est aussi absurde.]
[18] Nous voulons modifier l’alinéa 5 de la résolution, et elle sera alors acceptable à mon avis. (Europarl fr)
  Όσον αφορά το ψήφισμα, θέλουμε να αλλάξουμε την παράγραφο 5, οπότε θα μπορούμε κατά τη γνώμη μου να δεχθούμε το ψήφισμα. (Europarl gr)
  [En ce qui concerne la résolution, nous voulons changer la paragraphe 5 auquel cas on pourrait à mon avis de accepter la résolution.]

22Cette absence de ponctuation systématique est autant imputable à la nature initialement orale du texte examiné qu’à une tendance générale des adverbiaux qui, selon Bonami et Godard (2007 : 279), ont un « comportement prosodique incident », sans « réalisation prosodique univoque ».

23En outre, ce type adverbial est souvent précédé, dans les deux langues, du verbe être (είναι), comme en [19], et de la tournure c’est (είναι), comme en [20], qui renvoie à ce qui précède (Grevisse, 2001 : 1033). Le verbe être à l’imparfait, au participe présent ou au conditionnel (exemples [21], [22], [23]), peut également précéder les adverbiaux de conviction personnelle, ce qui montre leur compatibilité avec tous les temps et les modes.

[19] Garder cela à l’esprit est à mon sens très important. (Europarl fr)
  Το να έχουμε αυτό κατά νου είναι κατά την άποψή μου εξαιρετικά σημαντικό. (Europarl gr)
  [De avoir cela en tête est à mon sens très important.]
[20] Pourtant c’est à mon sens le point le plus important… (Europarl fr)
  Ωστόσο είναι κατά τη γνώμη μου το σημαντικότερο στοιχείο… (Europarl gr)
  [Toutefois c’est à mon avis le plus important point…]
[21] Cette décision était, à mon avis, mauvaise. (Europarl fr)
  Κατά την άποψή μου, αυτή ήταν εσφαλμένη απόφαση. (Europarl gr)
  [À la avis ma, celle-là était mauvaise décision.]
[22] Monsieur le Président, la ligne 15 05 55 étant, à mon sens, couverte par ma déclaration antérieure, nous n’avons pas besoin de la mettre aux voix. (Europarl fr)
  Κύριε Πρόεδρε, πιστεύω ότι η γραμμή 15 05 55 καλύπτεται από την προηγούμενη δήλωσή μου, και έτσι δεν χρειάζεται να ψηφίσουμε επ’ αυτής. (Europarl gr)
  [Monsieur Président, je crois que la ligne 15 05 55 est couverte de la précédente déclaration ma, et ainsi ne pas nécessaire de voter pour celle-là.]
[23] Renoncer à cela serait, à mon avis, faire un gros cadeau aux Américains. (Europarl fr)
  Η άρνησή τους σημαίνει, κατά την άποψή μου, ότι κάνουμε ένα μεγάλο δώρο στους Αμερικανούς. (Europarl gr)
  [Le refus leur signifie, à mon avis, que nous faisons un grand cadeau aux Américains.]

24Toutefois, le grec ne réalise pas toujours l’insertion du verbe être (είναι) au participe présent ou au conditionnel suivi de l’adverbial, mais utilise plutôt le verbe croire (πιστεύω), en tant que verbe parenthétique (Urmson, 1952 ; Blanche-Benveniste et Willems, 2007) (voir les exemples [24] et [25]).

[24] Monsieur le Président, la ligne 15 05 55 étant, à mon sens, couverte par ma déclaration antérieure, nous n’avons pas besoin de la mettre aux voix. (Europarl fr)
  Κύριε Πρόεδρε, πιστεύω ότι η γραμμή 15 05 55 καλύπτεται από την προηγούμενη δήλωσή μου, και έτσι δεν χρειάζεται να ψηφίσουμε επ’ αυτής. (Europarl gr)
  [Monsieur Président, je crois que la ligne 15 05 55 est couverte de la précédente déclaration ma, et ainsi ne pas nécessaire de voter pour celle-là.]
[25] Il serait, à mon sens, plus facile d’augmenter le revenu des agriculteurs en diminuant le poids des intrants plutôt qu’en recourant à des primes, ou moyens de ce type. (Europarl fr)
  Πιστεύω πως θα ήταν πιο εύκολο να αυξηθεί το εισόδημα των αγροτών μειώνοντας το βάρος των εισροών παρά καταφεύγοντας σε πριμοδοτήσεις ή άλλα παρόμοια μέτρα. (Europarl gr)
  [Je crois que ce serait plus facile d’augmenter le revenu des agriculteurs en diminuant le poids des intrants plutôt qu’en recourant à des primes, ou autres semblables moyens.]

4.3. Propriétés sémantiques et pragmatiques

25Les adverbiaux de conviction personnelle ont un double rôle sémantique : ils indiquent l’adhésion du locuteur à la source de son information tout en alertant, de façon sous-jacente, sur le degré de vérité que le locuteur accorde à son énoncé. Ils servent ainsi à décharger le locuteur de la responsabilité d’exercer une influence sur son interlocuteur, montrant qu’il n’assume pas ou n’assume pas entièrement l’information, et donc en limite le crédit auprès du destinataire. Les adverbiaux de conviction personnelle servent, par ailleurs, à représenter le contenu propositionnel comme une opinion résultant d’une réflexion, d’une impression ou d’un sentiment personnel de la part du locuteur. La présence de l’adjectif possessif ou du pronom personnel à la première personne indique que le locuteur présente un point de vue subjectif, une constatation personnelle ; ce faisant, il informe l’interlocuteur que la source de l’information vient de lui-même et donc que celle-ci n’est pas une vérité absolue. Le locuteur s’engage alors sans demander l’assentiment de son interlocuteur, informe qu’il est dans son univers de pensée (Borillo, 2004 : 33) et que son opinion peut ne pas être partagée ou peut être contredite, que son jugement n’est pas obligatoirement juste. Il peut même signaler explicitement la possibilité d’un démenti, comme dans l’exemple suivant :

[26] Ce jeu est, selon moi, très dangereux.
  Κατά τη γνώμη μου, αυτό το παιχνίδι είναι επικίνδυνο.
  [À la avis mon / ma, ce le jeu est dangereux.]

Cet exemple peut se traduire par : « Il a eu tort de jouer, mais je peux me tromper ». Dans ce cas, l’adverbial semble jouer une fonction pragmatique d’atténuation (Borillo, 2004). Selon Bonami et Godard (2007 : 258), « le caractère spécifique des parenthétiques d’un point de vue illocutoire se manifeste particulièrement clairement dans les interrogatives : quand un parenthétique est présent, il ne fait pas partie de la question qui est posée, mais semble participer d’un acte illocutoire secondaire, similaire à une assertion ». Ainsi dans :

[27] Pourquoi, à ton avis, est-ce qu’ils font ça ?
  Γιατί, κατά την γνώμη σου, το κάνουν αυτό ?
  [Pourquoi, à la avis mon / ma, le font cela ?]

la question posée est la question de savoir pourquoi ils font cela. L’autonomie sémantique pourrait ainsi se vérifier par la possibilité de supprimer l’adverbial inséré sans que cela n’affecte le sens de l’énoncé. En effet, comme le dit encore Borillo (2004 : 33-34), « la présence d’éléments déictiques de première personne est le signe que l’univers d’énonciation et l’univers de croyance se rapportent à la même personne ». Si l’on dit :

[28] Selon moi, il n’y a pas de secret lorsque l’on est jeune.

la forme adverbiale renvoie à la personne du locuteur, alors que dans :

[29] Il m’a raconté comment, selon lui, l’accident s’est passé.

selon lui signifie « d’après l’opinion de N », ce qui nous renvoie effectivement à un point de vue différent de celui du locuteur. Ici, nous avons affaire à un « usage oblique » de ce même adverbial, grâce auquel le locuteur évoque l’univers de croyance de la personne ou du collectif dont il parle, au lieu de se rapporter au sien propre, qui pourrait éventuellement l’orienter vers un point de vue différent. Le locuteur se démarque ainsi des autres personnes pour dire ce qu’il pense, ce qu’il croit ou ce qu’il sait.

26Il ressort de l’analyse qui précède qu’il est pertinent d’écarter des adverbiaux de conviction personnelle, les formes des autres personnes grammaticales du type selon lui, à ce qu’il pense, qui peuvent se référer à la personne tout entière et non à la source de l’énoncé. Il est en effet difficile de dire dans certains cas si pour moi, par exemple, a une valeur épistémique (exemple [30]) ou si l’adverbial est un marqueur d’univers de discours (exemple [31]).

[30] Pour moi c’est une histoire de fou. (valeur épistémique ?)
[31] Pour moi la question ne se posait pas. (marqueur d’univers de discours ?)

5. Conclusion

27Cette étude nous a d’abord permis de repérer pour le français et pour le grec moderne, à partir d’un corpus parallèle de ces deux langues, une quarantaine de types d’adverbiaux de conviction personnelle ainsi que de nouvelles structures et combinaisons, y compris des formes qui incluent les verbes croire / πιστεύω et penser / νομίζω (par exemple, à ce que je crois / απ’ ότι πιστεύω, à ce que je pense / απ’ ότι νομίζω). Nous avons par la suite pu relever des formes qui sont en cooccurrence avec les verbes parenthétiques croire / πιστεύω et penser / νομίζω dans les deux langues (par exemple, à mon avis, je crois / κατά τη γνώμη μου, πιστεύω). Enfin, nous avons pu évaluer la fréquence de ces adverbiaux et avons relevé et examiné, dans une perspective contrastive, le comportement des formes qui sont en cooccurrence avec ces deux verbes.

28De cette comparaison, ressortent des points communs entre les deux langues : (i) présence des mêmes formes adverbiales simples ou complexes (pléonastiques) ; (ii) variation dans la pratique de segmentation marquant l’autonomie de l’adverbial de la phrase (virgules, tirets ou absence totale de ponctuation) ; (iii) incompatibilité des adverbiaux de conviction personnelle avec des verbes à la première personne dénotant des sensations, des affects ou des impressions (à mon avis, je ne me sens pas bien / κατά την γνώμη μου δεν αισθάνομαι καλά) ; (iv) libre position syntaxique des adverbiaux de conviction personnelle ; (v) autonomie sémantique puisqu’il y a possibilité de supprimer l’adverbial sans que cela n’affecte le sens. Des différences ressortent également : (i) présence des adverbiaux de conviction personnelle plus élevée en grec qu’en français ; (ii) préférence du grec moderne pour les verbes νομίζω (« penser ») et πιστεύω (« croire ») par comparaison avec les adverbiaux de conviction personnelle moins fréquents ; (iii) préférence du grec moderne pour les verbes νομίζω (« penser ») et πιστεύω (« croire ») lorsque la phrase comporte un conditionnel ou un participe présent ; (iv) rareté relative de la position finale des adverbiaux de conviction personnelle en grec moderne.

29Ces comparaisons et analyses permettent de constater, en ce qui concerne les adverbiaux de conviction personnelle, des disparités entre la parenthéticité en grec moderne et en français. À l’adverbial français correspond souvent un verbe grec conjugué à la première personne du singulier, construction considérée comme parenthétique dans la littérature. On observe également des tours pléonastiques, à la limite de l’erreur, dans les deux langues. La recherche des motifs expliquant ces écarts génère plusieurs hypothèses, mais bute sur la non-détermination de la langue source dans ce corpus particulier qui se présente comme écrit (« Europarl »), mais qui est en réalité retranscrit à partir de débats oraux : si, par exemple, c’est le grec moderne qui est la langue source, l’amplification parenthétique de l’énoncé peut être perçue comme une enflure rhétorique de locuteur politique, que les interprètes professionnels, par nécessité, restituent en la minimisant, d’où une restitution alors plus « économique » en français. Mais lorsque l’interprète perçoit cette amplification comme volonté du locuteur d’ajouter un deuxième élément à l’adverbial initial parce qu’il lui est nécessaire d’insister sur la représentation qu’il se fait de ce qui est débattu (Forget, 2000 : 24), il a le souci de restituer la totalité du tour, fût-il pléonastique. Une autre explication à ces disparités peut résider dans la nécessité de restituer les effets prosodiques liés à l’incidente verbale (décrochement intonatif, pause) par des tournures de reprise. Si c’est le français qui est la langue source, et qu’un verbe grec conjugué à la première personne du singulier correspond à l’adverbial de départ, cela peut se comprendre dans le contexte de la nécessité d’une économie verbale des professionnels de l’interprétariat. La détermination attendue de la langue source dans les bases de données européennes devrait permettre de mieux comprendre ces écarts et ajouts et de mieux affiner leur analyse.

Haut de page

Bibliographie

Asher, N. 2000. Truth Conditional Discourse Semantics for Parentheticals. Journal of Semantics 17 (1) : 31-50. En ligne à l’adresse suivante : http://jos.oxfordjournals.org/content/17/1/31.full.pdf.

Blanche-Benveniste, C. et Willems, D. 2007. Un nouveau regard sur les verbes « faibles ». Bulletin de la société linguistique de Paris 102 (1) : 217-254.

Bonami, O. et Godard, D. 2007. Quelle syntaxe, incidemment, pour les adverbes incidents ? Bulletin de la société de linguistique de Paris 102 (1) : 255-284.

Bonami, O. et Godard, D. 2008. Vers une syntaxe générale des constituants incidents. In Actes du séminaire du LIDILE (Université de Haute Bretagne, Rennes, 30 mars 2008). En ligne à l’adresse suivante : http://www.researchgate.net/profile/Olivier_Bonami/publication/242178482_Vers_une_syntaxe_gnrale_des_constituants_incidents/links/0f3175337071f35070000000.pdf.

Bonami, O., Godard, D. et Kampers-Manhe, B. 2004. Adverb Classification. In F. Corblin et H. de Swart (éd.), Handbook of French Semantics. Stanford : CSLI Publications : 143-184.

Borillo, A. 1982. Deux aspects de la modalisation assertive : croire et savoir. Langages 16 (67) : 33-53.

Borillo, A. 2004. Les « adverbes d’opinion forte » selon moi, à mes yeux, à mon avis… : point de vue subjectif et effet d’atténuation. Langue française 142 : 31-40.

Coltier, D. et Dendale, P. 2004. La modalisation du discours de soi : éléments de description sémantique des expressions pour moi, selon moi et à mon avis. Langue française 142 : 41-57.

Cornulier, B. (de) 1978. L’incise, la classe des verbes parenthétiques et le signe mimique. Cahier de linguistique 8 : 53-95. En ligne à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/cl/1978/v/n8/800060ar.pdf.

Delais-Roussarie, E. 2005. Interface phonologie / syntaxe : des domaines phonologiques à l’organisation de la Grammaire. In N. Nguyen, S. Wauquier-Gravelines et J. Durand (éd.), Phonologie et phonétique : forme et substance. Paris : Lavoisier – Hermès science publications : 159-183.

Dessaintes, M. 1960. La construction par insertion incidente : étude grammaticale et stylistique. Paris : Éditions d’Artrey.

Forget, D. 2000. Les insertions parenthétiques. Revue québécoise de linguistique 28 (2) : 15-28.

Greenbaum, S. 1969. Studies in English Adverbial Usage. Londres : Longman.

Grevisse, M. 2001. Le bon usage : grammaire française. Paris – Louvain-la-Neuve : De Boeck-Duculot [13e éd., refondue par A. Goosse].

Gross, M. 1986. Grammaire transformationnelle du français – 3. Syntaxe de l’adverbe. Paris : ASSTRIL.

Haegeman, L. 1991. Parenthetical Adverbials : The Radical Orphanage Approach. In S. Chiba et al. (éd.), Aspects of Modern English Linguistics. Tokyo : Kaitakusha : 232-254.

Jackendoff, R. 1972. Semantic Interpretation in Generative Grammar. Cambridge – Londres : The MIT Press.

Kakoyianni-Doa, F. 2008. Adverbes de phrase français et grecs : étude contrastive et perspectives didactiques. Thèse de doctorat. Université de Toulouse II – Le Mirail.

Koehn, P. 2005. Europarl : A Parallel Corpus for Statistical Machine Translation. In Proceedings of the 10th Machine Translation Summit (September 12-16, 2005, Phuket, Thailand). 79-86. En ligne à l’adresse suivante : http://www.mt-archive.info/MTS-2005-Koehn.pdf.

Marandin, J.-M. 1998. Grammaire de l’incidence. Manuscrit CNRS, UMR 7110.

McCawley, J. D. 1982. Parentheticals and Discontinuous Constituent Structure. Linguistic Inquiry 13 (1) : 91-106.

Molinier, C. 1984. Étude syntaxique et sémantique des adverbes de manière en -ment. Thèse de doctorat. Université de Toulouse II – Le Mirail.

Molinier, C. et Lévrier, F. 2000. Grammaire des adverbes. Description des formes en -ment. Genève – Paris : Droz.

Nølke, H. 1993. Le regard du locuteur : pour une linguistique des traces énonciatives. Paris : Éditions Kimé.

Partington, A. 1998. Pattern and Meanings. Using Corpora for English Language Research and Teaching. Amsterdam : J. Benjamins.

Sinclair, J. 2004. How to Use Corpora in Language Teaching. Amsterdam : J. Benjamins.

Tonnet, H. 2006. Précis pratique de grammaire grecque moderne. Paris : L’Asiathèque.

Urmson, J. 1952. Parenthetical Verbs. Mind 61 : 480-496.

Vet, C. 1994. Savoir et croire. Langue française 102 : 56-68.

Wichmann, A. et al. (éd.) 1997. Teaching and Language Corpora. Londres : Longman.

Haut de page

Annexe

Figure 1. Classification des adverbiaux français
(Gross, 1986 ; Molinier et Lévrier, 2000)

Figure 1. Classification des adverbiaux         français (Gross, 1986 ; Molinier et Lévrier, 2000)

Figure 2. Extrait du corpus « Europarl » français-grec :
alignement au niveau des « adverbiaux de conviction personnelle »

Figure 2. Extrait du corpus « Europarl »         français-grec : alignement au niveau des « adverbiaux de         conviction personnelle »

Figure 3. Table de répartition des adverbiaux de conviction personnelle

FRANÇAIS GREC MODERNE
Entrée adverbiale Entrée adverbiale
pour moi
d’après moi
selon moi
για (εμένα + μένα)
κατ’ εμέ
à mes yeux
à mon avis
à mon point de vue
à mon sens
à mon sentiment
de mon point de vue
selon mon intuition
selon mon jugement
στα δικά μου μάτια
κατά τη δική μου (γνώμη + άποψη)
κατά τη δική μου αντίληψη
κατά τη δική μου εκτίμηση
από (τη δική μου σκοπιά + δικής μου σκοπιάς)
?κατά τη δική μου διαίσθηση
Κατά τη δική μου κρίση
στα μάτια μου
κατά τη(ν) (γνώμη + άποψη) μου
κατά την αντίληψή μου
κατά την εκτίμησή μου
?από τη σκοπιά μου
?κατά τη διαίσθησή μου
Κατά την κρίση μου
à mon humble avis κατά την ταπεινή μου (γνώμη + άποψη)
κατά την προσωπική μου (γνώμη + άποψη)
κατά την προσωπική μου αντίληψη
κατά την προσωπική μου διαίσθηση
κατά την προσωπική μου κρίση
à ce que je crois
à ce que je pense
si vous voulez mon avis
si vous me demandez mon avis
απ’ (ό,τι + ?όσο) πιστεύω (Ε + εγώ)
απ’ (ό,τι + ?όσο) (νομίζω + θεωρώ) (Ε + εγώ)
(εάν + αν) θέλετε τη(ν) (γνώμη + άποψή) μου
(εάν + αν) ζητάτε τη(ν) (γνώμη + άποψή) μου
Total : 16 entrées Total : 25 entrées (18 adverbiaux)
Haut de page

Notes

1 La notion de « verbe parenthétique » a été introduite par Urmson (1952) et l’expression générique d’« insertions parenthétiques » par Forget (2000 : 15).

2 La règle veut qu’en grec « le possessif soit hors enclave et placé derrière le substantif lorsque celui-ci n’est pas qualifié par un adjectif » (Tonnet, 2006 : 187-188). Ainsi nous avons κατά τη γνώμη μου / kata tin gnomi mou [« à la avis ma »].

3 En effet, seuls certains documents ont des marqueurs qui permettent d’identifier la langue source : « Some documents have the speaker tag attribute language which indicates what language the original speaker was using ». Voir la page intitulée « European Parliament Proceedings Parallel Corpus 1996-2011 », en ligne à l’adresse suivante : http://www.statmt.org/europarl/.

4 L’adverbial à mon avis correspond au verbe νομίζω (« je pense ») du grec moderne dans le corpus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Classification des adverbiaux français (Gross, 1986 ; Molinier et Lévrier, 2000)
URL http://discours.revues.org/docannexe/image/8929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2. Extrait du corpus « Europarl » français-grec : alignement au niveau des « adverbiaux de conviction personnelle »
URL http://discours.revues.org/docannexe/image/8929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fryni Kakoyianni-Doa, « Expressions parenthétiques dans un corpus parallèle français-grec : les adverbiaux de conviction personnelle », Discours [En ligne], 15 | 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://discours.revues.org/8929 ; DOI : 10.4000/discours.8929

Haut de page

Auteur

Fryni Kakoyianni-Doa

Université de Chypre

Haut de page