Navigation – Plan du site

Parenthèses et ruptures énonciatives en langue des signes française

Annie Risler

Résumés

Y a-t-il des parenthèses en langues des signes ? Le concept de parenthèse appliqué à un discours oral renvoie à une forme particulière d’incise, bornée à droite et à gauche, et déterminée par des caractéristiques prosodiques, syntaxiques et discursives. Le travail présenté ici étudie ce type particulier de discontinuité énonciative en langue des signes française (LSF). Il met en évidence l’existence d’incises bornées à droite et à gauche par des formes de relance syntaxique tout à fait comparables à ce qui peut être observé dans des langues vocales. Le regard et la posture apparaissent comme les marqueurs cruciaux de l’inscription spatiale des relations syntaxiques et de l’ancrage énonciatif.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Je remercie Julie Glikman de m’avoir lancée sur cette piste à l’occasion d’un colloque su (...)

1Comment se marquent les parenthèses en langues des signes1 ? Telle est la question à laquelle j’ai essayé de répondre ici. Le discours signé relève du registre de l’oralité. La parenthèse sera donc considérée non comme une forme écrite caractérisée par un encadrement typographique, mais comme une forme particulière d’incise dans le discours oral, déterminée par des caractéristiques prosodiques, syntaxiques et discursives, et qui permet au locuteur de s’adresser à son interlocuteur par un changement de niveau d’énonciation. Le travail présenté ci-après s’attachera donc à caractériser les parenthèses en langue des signes française (désormais LSF), en tant que phénomènes particuliers de discontinuité énonciative. Cette étude constitue une poursuite des travaux que nous menons sur l’inscription spatiale des relations syntaxiques et de l’ancrage énonciatif en LSF. À savoir : comment, par l’engagement du buste et le regard, le signeur est-il amené à inscrire son dire dans des espaces énonciatifs différents ?

2Cette présentation s’articule donc en deux parties. Dans la première, nous exposerons les prérequis de notre étude. Nous reviendrons sur les effets induits par la modalité visuo-gestuelle des langues signées puisque le geste exprime aussi bien des contenus verbaux que non verbaux ou coverbaux. Les mouvements des mains, du buste, de la face ou des yeux sont impliqués en tant que paramètres articulatoires, prosodiques ou interactionnels. Nous nous focaliserons plus spécifiquement sur le rôle du regard et du buste, identifiés comme marqueurs intonatifs mais ayant aussi de l’importance dans l’instauration d’espaces référentiels, syntaxiques et discursifs. Cela nous amènera à nous demander comment distinguer les parenthèses des autres formes de rupture énonciative. Dans une deuxième partie, nous ferons appel aux travaux d’Élisabeth Richard et Marie-Claude Le Bot qui ont cherché à déterminer strictement les critères définitoires de la parenthèse à l’oral, sur le plan syntaxique et discursif. En appliquant ces critères à une langue gestuelle, nous mettrons en évidence les procédés de relance syntaxique caractéristiques de la parenthèse en LSF.

  • 2 Projet dirigé par Christian Cuxac et financé par le Groupement de recherches La (...)

3Il s’agit d’une étude exploratoire. Elle repose sur des observations empiriques à partir du corpus enregistré en 2002 dans le cadre du projet LS-COLIN (Langues des signes – Cognition, linguistique, informatique)2, comme pour nos précédents travaux. Une douzaine de locuteurs sourds adultes ont, à cette occasion, été filmés dans diverses tâches : commenter un fait d’actualité, exposer une recette de cuisine, raconter une histoire en images, expliquer des concepts linguistiques. D’excellentes conditions matérielles de tournage, avec trois caméras, ont permis de réaliser des enregistrements de qualité. Les signeurs sourds avaient été avertis au préalable des thèmes qui seraient abordés. Les productions sont donc semi-spontanées et monologiques, mais le discours est adressé à un interlocuteur signeur. Il leur était en particulier proposé de s’exprimer sur le passage à l’euro et sur les événements du 11 septembre 2001, soit en expliquant la situation et son contexte, soit en racontant comment ils avaient vécu ces faits. Ces productions étaient propices à l’expression de points de vue différents, de commentaires, d’ajouts. Elles ont servi de base à l’étude présentée dans cet article, car elles comportent de nombreuses ruptures discursives, spécifiques au registre oral. Seules ces données semi-spontanées ont été prises en compte ici, car elles sont homogènes par le type de discours et le contexte de recueil.

2. Cadrage de l’étude

2.1. Les langues des signes : langues de l’oralité, mais langues gestuelles

  • 3 Nom habituellement donné aux locuteurs d’une langue signée.

4La LSF est la langue des sourds de France, pratiquée par plus de 150 000 signeurs3 sur le territoire, sourds et non-sourds. Elle fait partie des langues signées. Le signeur s’exprime par une gestualité qui mobilise plusieurs articulateurs (bras, buste, face, yeux, bouche). Les mouvements coordonnés de ces différentes parties du corps inscrivent une trace dans l’espace, perçue visuellement. C’est pourquoi ces langues signées sont qualifiées de langues visuo-gestuelles.

5De fait, la LSF ne résulte pas d’un transcodage du français (qu’il soit parlé ou écrit) au moyen d’une modalité gestuelle (une forme d’écriture dans l’espace). En tant que langue, elle ne se borne pas à figurer gestuellement des événements et des choses (ce que fait la pantomime), elle supporte toutes les fonctions du langage. Cependant, toutes les langues des signes exploitent le pouvoir de figurabilité offert par la gestualité en le mettant au service d’une composition linguistique. Ce sont des langues incarnées, où le corps du signeur, toujours offert à la vue, joue un rôle central au niveau lexical, prédicatif et énonciatif. Les énoncés signés émergent de mouvements combinés des bras, de la posture, du regard et de la mimique. Le jeu synchrone de ces quatre marqueurs est fondamental dans la construction d’espaces de représentations linguistiques structurés par des phénomènes de motivation et de mises en relation spatiales. Pour autant, ces traces ne constituent pas une forme écrite de la langue. Les langues des signes sont des langues de l’oralité, du face-à-face.

6Une autre particularité de ces langues tient au fait que la modalité gestuelle supporte à la fois les phénomènes langagiers, supra-langagiers et de gestualité coverbale à travers l’intervention synchrone des articulateurs manuels et non manuels. Ceux-ci ne sont plus considérés aujourd’hui comme spécialisés dans une fonction : produire le support verbal avec les mains et les valeurs prosodiques avec les articulateurs non manuels. Des travaux sur la phonologie de différentes langues signées (voir Wilbur, 1999 ; Sandler, 1999 ; Van der Kooij et al., 2006) ont considéré que des contrastes intonatifs sont marqués par des moyens non manuels tels que l’ouverture des yeux, les haussements de sourcils ou les clignements des paupières, la posture et les mouvements des épaules, le balancement du corps et les hochements de la tête. Ils ont cependant également pris en considération des éléments manuels, puisque les gestes manuels qui encodent les contenus lexicaux pouvaient être sensiblement modifiés par des phénomènes intonatifs. Ceci concerne le patron rythmique des mouvements manuels (vitesse, pauses, répétition de signes) et la structuration de l’espace (ampleur ou localisation des mouvements manuels). L’étude du marquage porté par les moyens non manuels met néanmoins en évidence le caractère singulier d’une interface mêlant prosodie, syntaxe et énonciation dans les langues visuo-gestuelles, comme le montre un article de Blondel et Le Gac (2007), qui porte justement sur l’intonation dans les parenthèses en LSF.

7C’est le seul article qui traite des parenthèses en LSF. Elles y sont étudiées en tant que potentiellement porteuses de ruptures intonatives. Les auteurs s’appuient sur le cadre défini par Rossi (1999) pour les langues vocales, qui identifie la parenthèse à une construction thématique interne marquée sur le plan de l’intonation. Leur étude porte donc sur des séquences qu’ils ont identifiées comme des parenthèses car elles marquent la mise en retrait d’une partie de l’énoncé dans la structure informative. Cela leur a permis de répertorier des phénomènes manuels et non manuels qui accompagnent la rupture intonative avec mise en retrait d’un segment et la reprise du patron intonatif initial.

  • 4 Exemple repris de Blondel et Le Gac (2007 : 9).

8Ainsi, pour Blondel et Le Gac (2007), la dislocation intonative se caractérise par un changement d’orientation du buste et du regard (porté sur l’interlocuteur pendant la parenthèse alors qu’il est porté sur le côté avant et après), une modification de l’occupation de l’espace physique (signer plus haut ou plus bas) ainsi qu’une réduction de l’amplitude des gestes manuels accompagnée d’une augmentation de leur vitesse, et l’interruption du mouvement latéral (et ascendant) du buste et des mains. Ils ont, en outre, noté qu’au plan lexical, une construction en écho venait souvent encadrer la parenthèse, comme dans l’exemple suivant4 :

chante-crie (sait demain école) chante-crie
ils chantent à tue-tête (ils savent que demain y’a école) ils chantent à tue-tête

9Or, les changements d’orientation du buste et du regard, notés comme étant caractéristiques de la rupture intonative observée dans la parenthèse, sont également considérés comme des éléments cruciaux dans le marquage spatial opéré par le verbe en langues signées, au plan syntaxique et énonciatif. Nous allons rapidement préciser le rôle du regard et des mouvements du buste tels que nous les avons décrits dans des articles plus anciens (Risler, 2002, 2006 ou 2013).

2.2. Adresse du regard et structuration de l’espace

10Le rôle du regard dans la communication linguistique apparaît comme un phénomène coverbal. Que les langues soient vocales ou gestuelles, le contact visuel est déterminant au cours de l’interaction. L’entrée en communication est marquée par un partage de regard entre interlocuteurs, dit regard croisé. Tout au long de l’échange en langue vocale se joue une relation très forte entre la voix et le regard : l’interlocuteur regarde le locuteur dans les yeux de façon continue, alors que le locuteur (celui qui détient la parole) rythme l’échange par des adresses – et ruptures – du regard (voir Guaïtella et al., 2001). Dans les langues signées, on retrouve cette fonction de régulation interactionnelle du partage asymétrique du regard. Mais il est bien plus essentiel que dans les langues vocales, où la communication reste possible sans se voir. Dans les langues signées, le regard joue un rôle central puisqu’il faut regarder le signeur dans les yeux pour suivre son discours. De plus, le regard de celui qui s’exprime fait bien plus que rythmer les échanges et entretenir le lien avec son interlocuteur. Les études de plus en plus nombreuses sur le rôle du regard en langues des signes ont porté sur la valeur de la rupture du regard du locuteur adressé à l’interlocuteur. Ainsi, Cuxac (2000), Risler (2002), ou Meurant (2008), parmi d’autres, ont mis en évidence une utilisation systématique de l’adresse du regard et de la rupture de l’adresse, en lien avec les constructions syntaxiques spatialisées propres aux langues des signes.

11Le regard partagé avec l’interlocuteur (appelé aussi « regard adressé » par Meurant) instaure un espace dialogique. Le signeur interpelle son interlocuteur par le regard, au début de son discours, et de manière appuyée tout au long de celui-ci. Le regard partagé instaure les places d’énonciateur et de coénonciateur. La désignation des protagonistes de la situation d’énonciation par un geste de pointage avec regard adressé prend le sens de référence personnelle déictique. Ce regard adressé à l’interlocuteur accompagne également la construction de nouvelles références par le biais de signes lexicaux figés. Il est ainsi caractéristique de l’expression des références partagées par les interlocuteurs, qu’elles aient un contenu notionnel ou qu’elles constituent des indices de personnes, de lieux ou de temps liés à la situation d’énonciation. Il indique donc que ce qui est signé à ce moment-là renvoie à un espace et une temporalité qui se situent ici et maintenant.

  • 5 Voir Risler (2002 et 2006) sur le rôle du signe prédicatif dans la construction (...)

12La rupture de l’adresse du regard marque une sortie de l’espace de la référence partagée. Elle caractérise un espace relationnel ou syntaxique. Le regard porté sur un emplacement contribue à la construction spatiale syntaxique5. La direction du regard constitue un marqueur spatial, combiné avec le mouvement manuel. On citera ici les travaux de Thompson et al. (2006) pour l’ASL (langue des signes américaine), Hansen (2007) pour la DGS (langue des signes allemande), Risler (2002 et 2006) ou Fusellier-Souza (2004) pour la LSF et Meurant (2008) pour la LSFB (langue des signes française de Belgique), qui tous montrent que l’accord verbal, dans les verbes de déplacement ou les verbes directionnels, est gouverné par le regard. Le prédicat inscrit une relation spatiale entre arguments. Le passage de l’adresse à l’interlocuteur à un regard porté sur un emplacement a pour fonction de grammaticaliser l’espace. La direction du regard permet donc de faire la part entre les références nominales, qui résultent d’un mouvement manuel avec regard partagé, et les prédicats où le mouvement manuel et un regard-pointage mettent en relation des points de l’espace.

  • 6 Il n’existe aucun consensus actuellement sur la notation des exemples en la (...)
  • 7 Les valeurs sont : i = regard porté sur l’interlocuteur ; main = regard porté sur une m (...)
  • 8 Ce point n’a pas encore été abordé, il le sera dans la partie qui suit.
  • 9 Les valeurs notées sont : PR = prise de rôle ; ou : se penche, se redresse, de face.

13Un premier exemple va mettre en évidence ce marquage différentiel des noms et des verbes par le regard. La présentation des exemples suivra toujours le même modèle. Pour les besoins de la démonstration, ils seront présentés systématiquement sous forme de quatre lignes, et parfois illustrés par des vignettes extraites des vidéos6. La première ligne reprend les unités de sens, au moyen de mots français, de manière séquentielle. Les tirets entre les mots indiquent une composition simultanée ou séquentielle de plusieurs unités de sens. Les termes notés en petites majuscules correspondent à des éléments lexicaux non marqués spatialement (valeurs nominales). Alors que les termes notés en minuscules correspondent à des marqueurs spatiaux (valeur prédicative ou relationnelle). La deuxième ligne note la direction du regard7. Elle indique ce qui est regardé : ce ne sont pas des valeurs linguistiques, mais des valeurs physiques. Cette ligne est redondante par rapport à l’écriture en majuscules ou minuscules adoptée sur la première ligne, mais elle objective le rôle de la direction du regard du signeur dans la construction spatiale et le marquage grammatical. De la même manière, la troisième ligne illustre la contribution des changements de posture à la construction spatiale8. Elle signale les prises de rôle (valeur énonciative) et les changements d’orientation du buste9. La dernière ligne, en italique, donne une traduction en français de la séquence. Des photos extraites de la séquence illustrent, pour les premiers exemples, les liens qu’entretiennent le mouvement des mains, la direction du regard et la posture avec les valeurs linguistiques qui en résultent.

 

[1]
                              moi                                                     argent
                   i......................................................................................................
                   de face.............................................................................................
 
          associé à                  Hollande                je-alors-                le-donne
          i..........................................................vague....................main.............i...
          de face...............................................................penchée, en prise de rôle- /
 
            lui               il- me-alors-donne                 euro               je-alors surprise
            i.........................vague.................................main.......................i...........
            de face................................................................penchée, en prise de rôle
  Moi je lui ai donné de l’argent hollandais et lui, il m’a rendu des euros.

 

14Le regard porté sur la main qui se déplace instaure l’espace relationnel propre aux signes prédicatifs.

  • 10 La notation en minuscules et avec des tirets rend compte de la composition multimorphém (...)

15Le buste intervient également ici dans la construction spatiale opérée par le prédicat. Un grand nombre de signes qui renvoient à des actions ou des états liés à des personnes, en raison de la motivation à la base de tous les signes lexicaux, sont dits « à ancrage corporel » (voir Risler, 2013). Ils résultent du figement d’une action de tout le corps ou d’une attitude. Dans l’emploi prédicatif de ces signes, en tant que verbes d’action ou d’état, le buste est impliqué dans le tracé réalisé par le mouvement manuel. Il marque alors, en général, la position du sujet syntaxique (voir Meir et al., 2008) et encodera des informations sur l’agentivité. Dans l’exemple [1], il y a deux verbes à ancrage corporel : « je-alors-le-donne »10 et « il-me-alors-donne ». L’investissement de tout le corps dans le tracé spatial signale une prise de rôle, où le corps du signeur ne réfère plus à lui-même. Il réfère anaphoriquement à celui dont il exprime l’action, quel qu’il soit, qui a été spécifié précédemment, comme, dans l’exemple, par un nom déictique.

2.3. Prise de rôle et ancrage énonciatif

16La prise de rôle inscrit le buste du signeur dans un espace et une temporalité qui ne se situent plus ici et maintenant. Elle s’accompagne d’une rupture de l’adresse du regard. Risler (2013) a montré que la valeur référentielle que l’on peut attribuer au buste du locuteur dans la construction spatiale indique toujours qui est l’énonciateur : soit le signeur lui-même ici et maintenant, soit une personne à un moment donné dans la prise de rôle. Dans le partage du regard avec son interlocuteur, le corps du locuteur marque un point qui fixe l’origine des repérages temporels, spatiaux et personnels à partir de lui, ici et maintenant, et de son interlocuteur regardé. En prise de rôle, son corps marque la place d’un énonciateur qui ne se trouve pas ici et maintenant mais dans le temps et lieu de l’énoncé. La prise de rôle se caractérise donc par une posture particulière, épaules en avant, et par la rupture du regard adressé. Elle pourra concerner au minimum l’expression d’un prédicat processif, d’une suite de prédicats, ou se poursuivre sur toute une séquence de discours rapporté.

17Les changements de direction du regard et de posture viennent ainsi caractériser le type d’espace dans lequel se déploie la trace produite par le mouvement manuel : espace dialogique et de références partagées pour le regard adressé ; espace relationnel et syntaxique avec le regard-pointage ; et espace de références discursives ancrées dans la situation de l’énoncé avec la prise de rôle.

2.4. Changement d’espace et rupture énonciative en LSF

18La construction spatiale doit donc s’envisager à deux niveaux : d’une part dans l’organisation spatiale établie par le prédicat, qui résulte de l’association entre un (ou des) emplacement(s) et une (ou plusieurs) référence(s) argumentale(s) ; et d’autre part dans l’établissement et le changement du point qui fixe l’origine des repérages énonciatifs réalisés par les prises de rôle.

19Nous qualifierons de « changement d’espace discursif » un changement d’ancrage énonciatif. Celui-ci résulte d’une prise de rôle, d’un changement de prise de rôle, ou d’une sortie de prise de rôle. L’exemple qui suit illustre le lien entre prise de rôle et ancrage énonciatif. Le signeur passe alternativement d’une position neutre à une prise de rôle quand il rapporte son étonnement à la vue de l’attentat du 11 septembre 2001.

 

[2]
  montre                   depuis-écran    avion-contre-tour / je-alors              ébahi
  locT..............i............locT.....i........main.............i.../ vague.................................../
  redressé, de face............................................../ penché vers locT, en prise de rôle /
  On montre à l’écran un avion qui percute un immeuble. / J’en suis tout ébahi.
 
  deuxième           avion-contre-tour           fume               / je-alors           ébahi
  i........................main..............i........main.....i........../ vague................................/
  redressé, de face............................................../ penché vers locT, en prise de rôle /
  Pour la deuxième fois, un avion percute un immeuble. J’en suis complètement ébahi.

 

20Les photos illustrent le fait que le signeur se tourne franchement vers son interlocuteur dans la première et la troisième partie de l’énoncé : il se redresse et lui fait face. En contraste, la rupture énonciative est très marquée entre ces assertions adressées à l’interlocuteur et l’entrée en prise de rôle. Celle-ci fait passer d’un espace relationnel construit par le signeur ici et maintenant à un espace ancré sur l’événement exprimé. L’autopointage avec rupture de l’adresse du regard (« je-alors ») détermine l’origine référentielle de cet espace comme étant le signeur lui-même, au moment où il regardait l’écran. C’est la valeur d’origine du point de vue sur l’espace construit par la prise de rôle qui détermine l’ancrage énonciatif. Les changements de posture sont déterminants, plus encore que la direction du regard.

21Qui dit changement d’espace énonciatif ne dit pas forcément parenthèse, comme dans cet exemple. Alors comment distinguer entre les différentes formes de décrochage énonciatif ? Il est nécessaire de définir ce que nous appellerons parenthèse avant d’en présenter les caractéristiques formelles en LSF.

3. Comment identifier les parenthèses en LSF ?

3.1. Pour une définition (stricte) de la parenthèse en LSF

22Le terme de parenthèse désigne un signe typographique qui encadre un segment dit « entre parenthèses ». Par extension, c’est le segment encadré lui-même qui sera qualifié de parenthèse. Richard et Le Bot (2008 : 107) considèrent que la seule définition indiscutable est cette définition tautologique de la parenthèse comme « tout segment encadré par des formes typologiques de même nom ». Arrivé et al. (1986 : 469) s’en tiennent, quant à eux, à une définition très évasive, dans La grammaire d’aujourd’hui :

La parenthèse est un fragment discursif inséré entre deux éléments d’une phrase. Les dimensions de la parenthèse sont très variables, d’un mot à un long fragment de discours. Le statut de la parenthèse par rapport à la phrase dans laquelle elle s’insère est également très variable : apposition explicative, commentaire métalinguistique, incise, digression, etc.

23Il s’avère en effet ardu de donner une définition plus précise des parenthèses, dans la mesure où elles sont extrêmement diverses, tant par leur contenu, leur fonction, que le lien qu’elles entretiennent avec la phrase-hôte. Une parenthèse ne se définit pas forcément par son contenu propre. Au niveau pragmatique, tout commentaire, ajout, ou complément ne prend pas la forme d’une parenthèse. De même, au niveau énonciatif, elle ne semble être qu’une forme parmi d’autres de détachement. Et enfin, l’indépendance syntaxique de la parenthèse est régulièrement remise en question. Blanche-Benveniste (1997 : 121) parle d’un « morceau qui vient se loger à l’intérieur d’un énoncé, comme un parasite qui n’aurait pas de relation syntaxique avec son hôte ». Cependant, la présence d’anaphoriques ou de connecteurs dans de nombreuses parenthèses montre que ce n’est pas toujours le cas. Berrendonner (2008 : 5) parle de « routines macro-syntaxiques consistant à interrompre une unité communicationnelle le temps d’en accomplir une autre ». Le discours en train de s’élaborer, tel qu’il est appréhendé dans l’expression orale spontanée, comporte de nombreuses ruptures syntaxiques. Toutes ne déclenchent pas l’ouverture d’une parenthèse. La parenthèse est un des lieux de l’irruption de l’énonciateur dans le discours, à travers commentaires, ajouts, précisions ou renvois intertextuels. Dans une perspective interactionnelle, Berrendonner (2008) ou Tuomarla (2010) précisent qu’elle remplit une fonction dialogique, qu’elle correspond à une adresse à l’interlocuteur gouvernée par une attitude métalinguistique du locuteur. La rupture provoquée par la parenthèse résulterait d’un acte d’anticipation du locuteur sur une difficulté ou une erreur possible d’interprétation de son discours par son interlocuteur. Cependant, cette rupture (à la fois énonciative et syntaxique) n’est que provisoire, puisqu’une fois la parenthèse refermée le discours reprend son cours.

24Richard et Le Bot (2008) plaident pour une définition très stricte de la parenthèse à l’oral. Si le contenu de la parenthèse ne suffit pas à la caractériser, ce qui est déterminant est bien ce qui la contient. C’est pourquoi Richard et Le Bot définissent des critères d’identification des parenthèses à l’oral a posteriori. Les ruptures discursives ou syntaxiques sont des phénomènes typiques de l’oral, cependant « il n’y a de parenthèse qu’à partir du moment où la syntaxe est rattrapée ; “relancée”. Les bornes sont ainsi posées à gauche comme à droite » (Richard et Le Bot, 2008 : 112). Ce qui leur permet de conclure que (Richard et Le Bot, 2008 : 116) :

Ce n’est pas le contenu qui permet d’identifier une parenthèse, mais c’est la relance syntaxique qui l’engendre. Et c’est cette dynamique qui la distingue des phénomènes de digression, de détachement, d’incidentes et autres observés, à l’oral.

25Les auteurs ont ainsi identifié, pour le français, quatre formes de relance syntaxique que sont : la poursuite de la structure syntaxique interrompue par simple continuité, la reprise à l’identique du terme qui précède la parenthèse, la relance par anaphorisation du dernier élément avant la parenthèse ou la relance par coordination. Ce sont donc des critères syntaxiques qui sont mis en avant, liés non au contenu de la parenthèse mais à la « réparation » de la rupture syntaxique.

26En accord avec Richard et Le Bot (2008), nous nous sommes astreinte pour la LSF à distinguer les parenthèses des autres ruptures énonciatives. Un changement de plan énonciatif remplit de multiples fonctions, mais ne sera considéré comme parenthétique que s’il est borné à droite et à gauche, ce qui implique la présence d’une relance syntaxique sous une forme ou une autre qu’il conviendrait de déterminer. L’exemple [2] ne constitue pas une parenthèse, car il ne comporte pas de relance syntaxique. Les paramètres qui contribuent à une mise en retrait sur le plan prosodique (Blondel et Le Gac, 2007) seront envisagés, de notre point de vue, comme un changement de cadre énonciatif lié à une rupture discursive et syntaxique de l’énoncé.

27Dans ce qui suit, nous allons étudier les parenthèses en LSF selon plusieurs angles : syntaxique, discursif et pragmatique. Les exemples de ruptures énonciatives identifiées comme des parenthèses seront donc présentés selon les ruptures syntaxiques et les relances qui sont opérées. Nous signalerons pour chaque exemple le contexte interactionnel et les hypothèses qu’on peut émettre sur la fonction dialogique de la parenthèse : précision, commentaire, interpellation de l’interlocuteur.

3.2. Les différents types de relances syntaxiques

3.2.1. Relance à l’identique du prédicat

28Un premier couple d’exemples va illustrer l’une des fonctions pragmatiques de la parenthèse, qui est d’apporter une précision manquante à l’interlocuteur pour assurer sa compréhension du message. Une signeuse a enregistré par deux fois un témoignage, et il apparaît que dans l’une des versions elle recourt à une parenthèse mais pas dans l’autre. Elle a en effet structuré les informations différemment.

29Ainsi, on peut mettre en regard les exemples [1] et [3]. En [1], la structure informationnelle est classique : on retrouve objet / sujet-prédicat. Alors qu’en [3], elle commence son discours directement par le sujet-prédicat, interrompt le signe du prédicat pour apporter une précision sur l’objet, puis reprend le prédicat avant de poursuivre son discours.

30Afin de faciliter la lecture des exemples, le contenu des parenthèses est présenté en caractères gras, et les éléments répétés qui bornent la parenthèse sont soulignés.

 

[1] moi argent associé-à Hollande je-alors-lui-donne lui il-me-alors-donne euro
  i...........................................main..................i.....main..................i.....
                                               PR------------/          PR-------------/
  Moi je lui ai donné de l’argent hollandais et lui, il m’a rendu des euros.

 

[3]
                                 je-alors                                             -le-donne
                                 v............................................................main..................i
                                 PR -----------------------------------------------------------------/
 
  ça-donné           appartient           Hollande           monnaieje-alors-le-donne
  .............................................................................................main.................
                                                                                                / PR----------------
  J’ai tendu ma pièce (une pièce hollandaise) j’ai tendu ma pièce et […].

 

31Dans l’exemple [1], il n’y a pas d’interruption du cadre énonciatif par un changement de références discursives entre les deux prédicats. En revanche, dans l’exemple [3], il se produit une rupture énonciative, bornée lexicalement par un même signe prédicatif. Dans le segment mis en retrait, le signeur construit un énoncé assertif en reprenant l’un des éléments de la phrase précédente : il pointe la forme manuelle qui exprime l’objet donné et le qualifie : « c’est de l’argent hollandais ». Cet exemple comporte les indices de changement prosodique mis en avant par Blondel et Le Gac (2007). On y retrouve en particulier le changement d’orientation du buste, le regard adressé à l’interlocuteur au début de la parenthèse et la reprise à l’identique d’un segment suspendu. Ce qui nous porte à considérer qu’il y a une parenthèse est bien le fait qu’elle soit bornée des deux côtés : le retour au cadre énonciatif initial est marqué par la reprise du prédicat associé à la prise de rôle. Un artifice de notation permet de bien visualiser les parenthèses : les segments qui bornent la parenthèse sont soulignés, et le contenu de la parenthèse est inscrit en caractères gras. Ceci sera appliqué jusqu’à la fin de l’article.

32De la même manière, la parenthèse de l’exemple [4] vient interrompre le récit en apportant une précision d’ordre temporel. Le prédicat processif est alors repris à l’identique, manière de raccrocher le récit pour poser à nouveau le cadre énonciatif lié à la prise de rôle.

 

  • 11 Le regard est porté sur un emplacement associé au but du déplacement.
[4] moi je-alors-vais-voir juste heure-là pause juste je-alors-vais-voir
  i......loc11..................i.......main........i...............loc..................
       PR-----------------/                                        PR---------------/
  […] je vais voir (c’est justement le moment de la pause) je vais voir […].

 

33La même construction prosodique et syntaxique va se retrouver dans l’exemple [5], où le signeur utilise une parenthèse pour apporter des précisions sur l’un des éléments de la construction du verbe qui précède : celui qui l’a contacté est celui avec lequel il était allé aux États-Unis.

 

  • 12 Le regard étant porté sur l’emplacement associé au signe « ami », nous notons ici (...)
[5] ami il-me-alors-téléphone / expérience-là tous-deux Amérique alleril-me-alors-téléphone
  i.......locA12.......................main...............i.......................................locA..
          PR------------/                                                                            PR----
  […] un ami m’a téléphoné (celui avec lequel je suis allé aux États-Unis) il m’a téléphoné […].

 

  • 13 Le regard porté sur ses mains accompagne les prédicats existentiels « h (...)

34Dans les exemples [3], [4] et [5], il se produit une rupture énonciative, sur l’effectuation du verbe, relancée par une reprise à l’identique de ce verbe. Elle s’accompagne d’un repositionnement : le signeur tourne son visage et ses épaules vers l’interlocuteur. Cependant, la rupture survient lors d’une prise de rôle, sur un signe prédicatif qui plus est à ancrage corporel : « il-me-alors-téléphone » / « je-alors-vais-voir » / « je-alors-le-donne ». Le buste du signeur et son regard sont alors engagés dans la construction spatiale inhérente au prédicat. Interrompant cette prise de rôle, le changement de posture et le regard adressé à l’interlocuteur marquent un retour à un espace et une temporalité situés ici et maintenant. Le propos exprimé dans la parenthèse est pris en charge par le signeur comme un commentaire adressé à son interlocuteur sur un élément du discours, mais qui n’est plus lié au cadre énonciatif (temps, lieu, personne) de l’énoncé précédent. Le positionnement face à son interlocuteur se maintient durant toute la parenthèse, cependant le regard ne sera pas en permanence dirigé vers lui, puisqu’il assure aussi des fonctions de grammaticalisation à l’intérieur de la parenthèse13.

35Le mode de reprise à l’identique après la parenthèse apparaît ici comme caractéristique d’une rupture qui intervient à l’occasion d’un verbe d’action avec prise de rôle.

3.2.2. Relance par continuité du discours rapporté

36L’exemple [6] montre une autre forme de parenthèse encadrée par la sortie puis le retour à une prise de rôle. Il s’agit d’une parenthèse entre deux passages de discours direct libre. Tous deux sont donc associés à un espace d’énonciation rapportée : le signeur est en prise de rôle (de lui-même au moment dont il parle), buste tourné vers le côté et regard sur un point de l’espace associé à ce qu’il voyait alors. La parenthèse a la particularité de revenir sur le sens des propos rapportés par le commentaire du signeur sur ce qu’il pouvait penser alors. Le discours direct libre reprend avec un signe qui vient nier le propos qui précédait (« non »). Le retour à la prise de rôle suspendue ramène donc à l’espace d’énonciation rapportée. Le propos est lié à celui qui précédait la parenthèse, puisqu’il vient le contredire.

 

  • 14 Le regard est porté sur l’emplacement associé précédemment à la télévis (...)
[6] moi impossible croire /
  locT14....................
  PR--------------------/
  […] moi je ne peux pas y croire !
   
  je-alors-crois juste film peut-être on-fait trucage vidéo technique je-alors-crois /
  vague...............i........................................................................... vague...............
  (je croyais que c’était peut-être un film avec des trucages)
   
  non vrai vrai
  locT............
  PR-----------
  Mais non ! C’est vrai !

 

37Outre la reprise syntaxique, on observe ici un bornage interne de la parenthèse : le verbe d’opinion (« je-alors-crois ») qui ouvre la parenthèse est repris à l’identique pour la clore. Ce phénomène d’encadrement par reprise est très fréquent en LSF et indique des limites de segments, de différentes tailles (voir Bonnal-Vergès et Risler, 2007). Il était déjà présent dans l’exemple [4], et va se retrouver dans les exemples qui suivent. Cela fonctionne comme un double bornage de la parenthèse : interruption au début de la parenthèse puis retour au même espace discursif après la parenthèse, et encadrement interne par reprise du même signe au début et à la fin du segment entre parenthèses.

3.2.3. Relance par coordination

38Un changement d’espace discursif ne dépend cependant pas toujours d’une sortie de prise de rôle. Ainsi, dans l’exemple [7] ci-dessous, le signeur insère un commentaire personnel d’appréciation sur la ville dont il parle, juste après l’établissement d’une référence partagée (sans prise de rôle).

 

[7] New York ça-beau gratte-ciel beau justeNew York
  i................/ vague....................../ i.....main.i..........
                    se redresse, de face......./
  New York (c’est magnifique, il y a plein de gratte-ciel magnifiques) donc à New York […].

 

39Il y a une rupture de la structure syntaxique, qui est relancée après le commentaire par une forme qu’on peut assimiler à de la coordination. La parenthèse ne débute pas par une sortie de prise de rôle, mais elle est marquée par un élément décrit comme marqueur de changement prosodique : le signeur relève le menton et va garder tout au long de la parenthèse le même type de regard. Il y a donc un contraste entre les yeux grands ouverts caractéristiques de l’introduction de nouvelles références, ou de topicalisation, sur les deux occurrences de « New York », et les yeux presque fermés du passage entre parenthèses.

40La parenthèse elle-même comporte une reprise anaphorique de l’élément qui la délimite, comme pour les exemples [3] et [5] : « New York » = « ça-beau », « je-alors-le-donne » = « ça-donné », « il-me-alors-téléphone » = « tous-deux ». Richard et Le Bot (2008) rappellent en effet que les segments entre parenthèses sont bien autonomes, mais qu’ils peuvent appeler à rechercher les référents interprétatifs hors de la parenthèse.

41L’exemple suivant est typique des ruptures discursives successives à l’oral. Il comporte une première rupture énonciative par laquelle le signeur réoriente complètement son dire, puis une parenthèse. Ici, le signeur a interrompu son récit sur l’effectuation du prédicat (« trajectoire-approche »), comme si celui-ci arrivait prématurément. Il reprend alors son récit, par une indication temporelle (l’heure de survenue de l’événement), tout de suite réinterrompu par un commentaire sur le caractère incongru du passage d’un avion au-dessus de la ville, avant de poursuivre en réamorçant la balise temporelle.

 

[8] avion trajectoire-approche // 9 heures matin
  i..................................../ i.....................
  Un avion approche / il est 9 heures du matin
   
  New York jamais avion-vole-au-dessus là-dessus jamais /
  i (mi-fermés)................................................................../
  (les avions ne survolent jamais New York)
   
  juste 9 heures matin gens-surpris trajectoire-avion-jusqu’à-tour
  i.......................v............i.......locT
  alors à 9 heures pile, les gens ont été stupéfaits par l’irruption d’un avion.

 

42Cet exemple illustre la difficulté d’établir avec certitude l’existence de parenthèses à l’oral. Le signeur insère dans son récit un commentaire, sous forme de vérité générale (aucun avion ne survole jamais la ville). En reprenant les critères prosodiques énoncés précédemment (changement de rythme, regard), il apparaît que le commentaire est émis sur un autre « ton » surtout en raison du changement de vitesse : le segment entre parenthèses est en effet signé très vite, encadré par deux passages lents. Les yeux sont mi-fermés durant toute la parenthèse, le regard restant adressé. La relance syntaxique est assurée par une reprise de l’élément temporel après un signe qu’on peut qualifier de connecteur logique (« juste »).

43Cette parenthèse ne débute pas par une sortie de prise de rôle, puisque l’indication temporelle (« 9 heures matin ») n’est pas exprimée avec une prise de rôle. En revanche, il y a bien un changement de registre discursif. La parenthèse survient après l’instauration de références temporelles associées à l’événement. Elle s’ouvre sur un nouveau cadre référentiel spatial et temporel (« New York jamais ») qui remplace le précédent. Le retour au cadre initial constitue alors la fermeture de la parenthèse. La rupture discursive est caractérisée par la sortie du cadre temporel. La construction en écho qui encadre l’incise apparaît finalement comme un moyen, pour le signeur, de revenir au cadre énonciatif de son récit interrompu.

44La relance par coordination apparaît comme caractéristique des parenthèses qui s’ouvrent sur un signe nominal. C’est une forme de relance assez particulière, qui fait précéder la reprise du signe par un connecteur : « New York… justeNew York » en [7], ou « 9 heures matin… juste 9 heures matin » en [8].

3.2.4. Relance par reprise anaphorique

45L’exemple suivant, un peu long, comporte deux parenthèses, encadrées par la reprise d’un même signe, qui correspond à une anaphore spatiale.

 

[9] semaine suivante date 15 janvier tous-les-prix
  v.............................i................loc............
  La semaine suivante, au 15 janvier, les prix
   
  commerce aliment viande légume etc. habit
  i.........................................................
  (des aliments, de la viande, des légumes… des habits)
   
  tous-les-prix pour affaire centime-là ajustements-là un-peu bizarre
  loc..................i..............mains.i........mains.............i..vague..............
  les prix (cet ajustement des centimes c’est un peu bizarre)
   
  tous-les-prix augmentent partout
  loc..............loc...............loc......
  ils ont tous augmenté.

 

46Il s’agit d’une relance par anaphorique, mais elle se caractérise surtout par une reprise à l’identique de cet anaphorique. C’est un signe qui rappelle spatialement l’existence de la référence nominale (les prix). En dehors de toute prise de rôle, les parenthèses ici s’insèrent entre des retours à l’espace discursif initial.

47La première parenthèse contient une énumération de tout ce qui est concerné par les prix. Le signeur adopte un balancement caractéristique pendant la parenthèse. Dans la seconde, il fait une digression, sous forme de rappel de quelque chose dont il a déjà parlé antérieurement (le problème des centimes dans la conversion francs / euros). Ce commentaire constitue en soi un énoncé autonome, il y a bien une unité spatiale et un va-et-vient important du regard – regard-pointage pour assurer la cohérence syntaxique de la phrase, ainsi qu’un regard adressé à l’interlocuteur.

4. Perspectives

48Dans cette étude sur la parenthèse, nous avons mis en avant le rôle du regard et de la posture dans la structuration spatiale. Ces deux paramètres ne se superposent pas strictement avec les limites du geste manuel : ils l’anticipent, sont constants sur une série de gestes manuels, ou au contraire varient à l’intérieur d’un geste manuel... Ce sont, parmi d’autres, des marqueurs prosodiques qui apparaissent à l’interface entre prosodie, syntaxe et énonciation.

49Les ruptures discursives et les relances syntaxiques sont très fréquentes dans la langue des signes, comme dans toute langue orale, mais ont été peu décrites à ce jour. Le concept de parenthèse à l’oral que nous avons retenu, qui repose strictement sur le couple rupture et relance, au plan prosodique, discursif et syntaxique, paraît tout à fait pertinent en LSF. Nous avons pu identifier plusieurs types de relance syntaxique : reprise à l’identique d’un prédicat processif ; poursuite d’un discours rapporté ; coordination et reprise d’une référence temporelle, locative ou personnelle ; reprise d’un anaphorique. Tous ces procédés de relance syntaxique ont en commun de restituer après la parenthèse le cadre énonciatif qui la précédait. La parenthèse apparaît alors bien comme une interruption provisoire de l’encodage. L’adresse à l’interlocuteur marque un retour à l’espace dialogique, qui se termine par un retour à l’espace initial.

50Nous proposons donc de retenir comme caractéristique principale des parenthèses en LSF le fait qu’elles soient bornées extérieurement à droite et à gauche. Elles sont de longueur variable, pouvant comporter un seul élément lexical, des énumérations ou des énoncés complètement construits. C’est pourquoi le regard n’est pas porté de façon continue sur l’interlocuteur le temps de la parenthèse. Un phénomène intéressant de double bornage, externe et interne par la reprise en fin de parenthèse de son signe initial, est apparu. Il reste à étudier plus précisément.

51Dans une phase ultérieure, il sera nécessaire de prendre en compte des données plus variées pour confirmer ces premières constatations. La question de l’existence de verbes parenthétiques pourra alors être abordée dans un deuxième temps. Mais elle nécessite de s’interroger sur le comportement des verbes d’opinion. Un dernier exemple de parenthèse limitée à une adresse brève à l’interlocuteur illustre le champ d’interrogations qui s’ouvre à nous et servira de conclusion. Dans l’exemple [10], le signeur répond à une réaction dubitative de son interlocuteur. Il interrompt son discours par une parenthèse qui lui permet de renforcer la valeur de vérité de son propos.

 

  • 15 Le locuteur fait ici un signe correspondant à un geste non verbal de clôture de discussio (...)
[10] … retour          / vrai          vraiment15          / retour          paris
  i.............(grands ouverts)..// fermés............../ i....../ i.................
                 se redresse, de face...................................../
  […] c’est le retour (oui, vraiment) c’est le retour, à Paris […].

 

52La parenthèse est encadrée par une reprise lexicale à l’identique du signe spatialisant. Elle se limite à deux signes, mais elle pourrait également se limiter à un regard appuyé porté sur l’interlocuteur accompagné d’une mimique et d’un hochement de tête. Il est fréquent que le signeur, par un jeu de va-et-vient du regard, passe d’un regard-pointage à un regard adressé en relevant la tête, accompagné du signe « oui » ou « vrai ». La présence d’une relance syntaxique sera à rechercher. Ces brefs moments d’adresse demandent à être encore étudiés, dans le cadre d’une recherche sur les parenthétiques. Encore une fois, ils sont à la frontière du verbal, du non-verbal et du coverbal.

Haut de page

Bibliographie

Arrivé, M., Gadet, F. et Galmiche, M. 1986. La grammaire d’aujourd’hui. Paris : Flammarion.

Berrendonner, A. 2008. Pour une praxéologie des parenthèses. Verbum 30 (1) : 5-23.

Blanche-Benveniste, C. 1997. Approches de la langue parlée en français. Paris – Gap : Ophrys.

Blondel, M. et Le Gac, D. 2007. Entre parenthèses… Y a-t-il une intonation en LSF ? Silexicales 5 : 1-16.

Bonnal-Vergès, F. et Risler, A. 2007. La répétition du mouvement en langue des signes française (LSF). Faits de langues 29 : 99-115.

Cuxac, C. (éd.) 2000. Faits de langues : La langue des signes française – Les voies de l’iconicité 15-16. Paris – Gap : Ophrys.

Fusellier-Souza, I. 2004. Analyse linguistique du couple regard / pointage dans la construction de la référence discursive en langues des signes primaires. Silexicales 4 : 33-171.

Guaïtella, I. et al. 2001. Voix mêlées, regards croisés, tissage de l’interaction. In C. Cavé, I. Guaïtella et S. Santi (éd.), Oralité et gestualité : interactions et comportements multimodaux dans la communication – Actes du colloque ORAGE 2001, Aix-en-Provence, 18-22 juin 2001. Paris – Budapest – Turin : L’Harmattan : 464-469.

Hansen, M. 2007. Les fonctions du regard et l’ergativité : le marquage des rôles sémantiques dans la langue des signes allemande (DGS). Silexicales 5 : 45-59.

Meir, I. et al. 2008. Rethinking Sign Language Verb Classing : The Body as Subject. In R.M. de Quadros (éd.), Sign Languages : Spinning and Unravelling the Past, Present and Future. Petrópolis : Editora Arara Azul : 365-387.

Meurant, L. 2008. Le regard en langue des signes – Anaphore en langue des signes française de Belgique (LSFB) : morphologie, syntaxe, énonciation. Rennes – Namur : Presses universitaires de Rennes – Presses universitaires de Namur.

Richard, É. et Le Bot, M.-C. 2008. Pour une définition (très) stricte de la parenthèse à l’oral. Verbum 30 (1) : 103-117.

Risler, A. 2002. Point de vue cognitiviste sur les espaces créés en LSF : espace lexical, espace syntaxique. Lidil 26 : 45-61.

Risler, A. 2006. La simultanéité dans les signes processifs. Glottopol 7 : 53-71. En ligne à l’adresse suivante : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/numero_7.html.

Risler, A. 2013. Corps réel et positions énonciatives en langue des signes française. In D. Lagorgette et P. Larrivée (éd.), Représentations du sens linguistique 5 – Actes de la conférence internationale organisée à Chambéry, 25-27 mai 2011. Chambéry : Université de Savoie : 283-299.

Rossi, M. 1999. L’intonation, le système du français : description et modélisation. Paris – Gap : Ophrys.

Sandler, W. 1999. Prosody in Two Natural Language Modalities. Language and Speech 42 (2-3) : 127-142.

Thompson, R., Emmorey, K. et Kluender, R. 2006. The Relationship between Eye Gaze and Agreement in American Sign Language : An Eye-Tracking Study. Natural Language and Linguistic Theory 24 : 571-604.

Tuomarla, U. 2010. La parenthèse comme point de rencontre. IVe colloque international du groupe Ci-Dit, Nice, 11-13 juin 2009. En ligne à l’adresse suivante : http://revel.unice.fr/symposia/cidit/index.html?id=679.

Van der Kooij, E., Crasborn, O. et Emmerik, W. 2006. Explaining Prosodic Body Leans in Sign Language of the Netherlands : Pragmatics Required. Journal of Pragmatics 38 (10) : 1598-1614.

Wilbur, R.B. 1999. Stress in ASL : Empirical Evidence and Linguistic Issue. Language and Speech 42 (2-3) : 229-250.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Julie Glikman de m’avoir lancée sur cette piste à l’occasion d’un colloque sur les verbes parenthétiques (Nanterre, mai 2012). L’identification des parenthèses constitue la première phase d’un travail plus vaste, qui portera ensuite sur les verbes de croyance avant d’aborder vraiment la question des verbes parenthétiques en langue des signes française.

2 Projet dirigé par Christian Cuxac et financé par le Groupement de recherches Langage et Cognition 2002-2004. Voir : http://www.irit.fr/LS-COLIN.

3 Nom habituellement donné aux locuteurs d’une langue signée.

4 Exemple repris de Blondel et Le Gac (2007 : 9).

5 Voir Risler (2002 et 2006) sur le rôle du signe prédicatif dans la construction syntaxique.

6 Il n’existe aucun consensus actuellement sur la notation des exemples en langues des signes (ni française, ni autre) en raison de grandes divergences dans les descriptions des valeurs linguistiques portées par les signes. C’est pourquoi, en fonction des phénomènes étudiés, chaque auteur est amené à faire évoluer ses partitions. Les logiciels d’annotation du geste peuvent avoir un intérêt pour la description du geste articulatoire des langues signées, mais pas forcément pour la présentation de constructions morphosyntaxiques.

7 Les valeurs sont : i = regard porté sur l’interlocuteur ; main = regard porté sur une main ; loc = regard porté sur un emplacement associé à un argument ; vague = regard non adressé, mais dirigé sur aucun point précis.

8 Ce point n’a pas encore été abordé, il le sera dans la partie qui suit.

9 Les valeurs notées sont : PR = prise de rôle ; ou : se penche, se redresse, de face.

10 La notation en minuscules et avec des tirets rend compte de la composition multimorphémique du signe verbal, qui comprend une racine lexicale et des indices des différents arguments impliqués dans la construction spatiale.

11 Le regard est porté sur un emplacement associé au but du déplacement.

12 Le regard étant porté sur l’emplacement associé au signe « ami », nous notons ici « locA ».

13 Le regard porté sur ses mains accompagne les prédicats existentiels « heure-là » et « expérience-là ».

14 Le regard est porté sur l’emplacement associé précédemment à la télévision, donc noté « locT ».

15 Le locuteur fait ici un signe correspondant à un geste non verbal de clôture de discussion, mains en avant s’écartant l’une de l’autre. Il pourrait avoir une valeur aspectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Risler, « Parenthèses et ruptures énonciatives en langue des signes française », Discours [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 16 septembre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://discours.revues.org/8893 ; DOI : 10.4000/discours.8893

Haut de page

Auteur

Annie Risler

UMR 8163 Savoirs, Textes, Langage
CNRS et Université Lille 1 et Lille 3

Haut de page