Navigation – Plan du site

Jæʕne dans le discours des Libanais : pragmaticalisation, distribution et emplois d’un marqueur discursif déverbal

Layal Kanaan

Résumés

Jæʕne, marqueur issu des dialectes libanais, syrien, palestinien et égyptien, a été rencontré dans le cadre d’un travail de thèse consacré à l’étude de la reformulation dans les discours de Libanais francophones. Il s’agit de discours menés en français au cours desquels les locuteurs emploient le marqueur de leur langue maternelle. C’est la fréquence élevée du marqueur dans les données et dans les échanges des Libanais en général, ainsi que la diversité de ses emplois, qui ont justifié son étude. Jæʕne présente le fonctionnement d’un marqueur discursif. Il peut être traduit, selon ses emplois, par c’est-à-dire, je veux dire, tu veux dire, quoi ou même par euh.
L’article présente l’évolution de l’unité verbale d’origine, propositionnelle, vers l’unité conversationnelle qui relève de la catégorie des marqueurs discursifs, et propose une typologie distributionnelle et fonctionnelle du marqueur dans le corpus, en prenant en compte la dimension prosodique. Jæʕne partage certaines caractéristiques avec les verbes parenthétiques, à savoir son origine verbale, son figement morphologique, ses propriétés distributionnelles. En revanche, sa particularité réside dans son figement à la troisième personne alors qu’on rencontre plus souvent les formes je trouve, tu sais ou I mean, à la première et la deuxième personne (Thompson et Mulac, 1991).

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Différentes notations du marqueur sont attestées : jaʕni, ja’ni dans les travaux scientif (...)

1Nous nous intéressons à un marqueur discursif d’origine verbale employé de manière très fréquente dans certains dialectes de l’arabe (famille Levantin du Nord) : il s’agit de jæʕne. La notation adoptée correspond à la transcription phonétique de la prononciation en libanais du marqueur1.

2Dans la littérature, les travaux qui y font référence (Al-Batal, 1994 ; Kammensjö, 2005) l’abordent rapidement dans le cadre de l’étude des connecteurs de l’arabe. La classification qui en est proposée (connecteur explicatif et discourse filler) est incomplète. Jæʕne a aussi été observé par Traverso (2000) dans le dialecte syrien et abordé d’un point de vue interactionnel. L’auteure lui reconnaît une valeur de modalisation, « hedge » au sens de Lakoff (1972).

3Notre intérêt pour jæʕne est né dans le cadre d’un travail de thèse consacré à l’étude des reformulations dans des échanges menés en français entre des Libanais francophones. Les 143 occurrences du marqueur relevées dans un corpus de 24 000 mots et leur lien intrinsèque avec le phénomène étudié (formulation / reformulation) nous ont amenée à accorder à jæʕne une place importante dans notre étude. Cette entreprise est aussi motivée par l’absence d’études qui y soient entièrement dédiées.

4Après une brève présentation du corpus, des locuteurs et de la situation linguistique au Liban, cet article aborde l’évolution du marqueur, appréhendée en termes de pragmaticalisation, à travers une démarche inductive. Il s’agit de la comparaison (en synchronie) entre les emplois de la forme verbale (en arabe classique et en libanais) et ceux de la forme « discursive », figée, employée non seulement dans le discours des locuteurs libanais dans leur langue maternelle mais aussi dans la pratique du français, comme l’attestent les occurrences dans le corpus. En l’absence de données diachroniques, on s’attache à la vérification, dans le cas de jæʕne, de principes caractéristiques des unités pragmaticalisées. L’article dresse enfin une typologie des emplois du marqueur dans le corpus.

5Dans la mesure où les emplois étudiés correspondent aux occurrences dans le corpus recueilli, à côté de quelques exemples en arabe classique et en libanais (dialecte), la majorité des exemples est en français et jæʕne, dont l’emploi est extrêmement automatisé chez les locuteurs, est employé comme tel (en libanais).

6D’ailleurs, ses emplois dans le corpus constituent des phénomènes de contacts de langues auxquels nous nous sommes intéressée (Kanaan, 2013).

2. Corpus, locuteurs et terrain

7Notre « rencontre » avec jæʕne, devenu objet d’étude, s’est faite dans un corpus dont les données ont été récoltées expressément pour une thèse sur la reformulation dans les discussions en français de locuteurs libanais.

2.1. Corpus et locuteurs

8Il s’agit d’un corpus d’échanges oraux que nous avons constitué nous-même : mise en contact des locuteurs, établissement du dispositif, enregistrements et transcriptions. Les conventions de transcription adoptées figurent à la fin de cet article.

9Les locuteurs sont au nombre de 8 (4 hommes et 4 femmes). Ils sont tous libanais et ont fréquenté des écoles et lycées francophones. Ils ont entre 18 et 27 ans, sont étudiants ou jeunes actifs. Leur niveau d’études va du baccalauréat au master 2.

10Il s’agit d’apprenants de niveau avancé qui ont été scolarisés dans des établissements francophones où le français est la langue de scolarisation : enseigné à raison de 5 à 7 heures par semaine et langue véhiculaire des matières scientifiques. L’anglais, dans ces établissements, a le statut de première langue étrangère.

11Avec une moyenne d’âge de 23 ans, les locuteurs ont « achevé » l’apprentissage scolaire du français mais sont encore en contact avec cette langue dans leurs études universitaires ainsi que dans leur vie quotidienne (radio, télévision, publicités, lectures).

12Pour chaque enregistrement (4 au total, d’environ 30 minutes chacun), nous avons réuni deux locuteurs et leur avons proposé de débattre de cette question, formulée par nous-même, approximativement de la manière suivante : « Que pensez-vous de votre situation en tant que jeunes Libanais par rapport aux études, au travail, au mariage, à votre liberté, à vos relations avec vos parents ? Pensez-vous émigrer ? ».

13Le sujet des interactions a fait l’objet d’une réflexion. Sachant que ces dernières allaient être provoquées pour l’enregistrement, il nous revenait de proposer un thème favorisant les échanges, un thème qui concerne de près les locuteurs.

  • 2 Corpus de langue parlée en interaction, université de Lyon II.

14Il s’agit, en somme, d’interactions en face à face sur un thème imposé. Notre dispositif s’identifie dans une certaine mesure à celui mis en place pour la constitution du corpus « Mode » dans CLAPI2 : réunion de deux locuteurs et formulation d’une consigne. Voir, par exemple, Kerbrat-Orecchioni (2005 : 105) :

Il s’agit d’une conversation […] « authentique » mais non totalement « naturelle » car sollicitée par l’analyste, sur la base d’une consigne ainsi formulée : « Nous faisons une enquête sur le vêtement et les jeunes. Nous recueillons des discussions sur ce thème. Alors pendant dix minutes vous allez vous entretenir librement avec votre vis-à-vis sur le vêtement ».

15Par ailleurs, nous avons adopté, pour la sélection des locuteurs, la technique de « l’ami d’un ami » résumée comme suit (Bourdieu, 1993 : 1395, cité par Gadet, 2003) :

[…] choisir les enquêtés parmi des gens de connaissance […]. La proximité sociale et la familiarité assurent en effet deux des conditions principales d’une communication « non violente ».

16Les enregistrements ont eu lieu dans différents endroits. Les trois premiers (Ji-Pe, Ke-Kl et Ta-Le) ont été effectués dans des appartements. Le quatrième (Fy-Ma) s’est déroulé dans un café.

2.2. Langues en présence au Liban

17À côté de l’arabe classique, langue officielle du pays, principalement écrite – et parlée dans les discours officiels –, langue de l’administration et de l’enseignement, trois langues principales cohabitent aujourd’hui au Liban : le dialecte libanais, le français et l’anglais.

  • 3 Un phénomène linguistique intéressant est apparu avec le développement des moyens de (...)

18L’arabe dialectal libanais est la langue de communication dans toutes les situations. Il est employé dans tous les usages informels quotidiens, que ce soit à la maison, dans la rue, les commerces, au travail ou à l’école, et même dans les médias audiovisuels. Il ne s’enseigne pas, et est rarement écrit3. Il présente aussi une diversification en plusieurs variétés régionales avec des différences aux niveaux phonologique et lexical, mais cela ne cause aucune difficulté dans l’intercompréhension. Il a le statut de langue maternelle.

19Dans le cadre de la vie quotidienne au Liban, il n’existe pas de « besoin » pour les langues étrangères. Autrement dit, en famille, avec les amis, chez les commerçants, la langue vernaculaire est le dialecte libanais. Les langues étrangères sont avant tout des langues véhiculaires nécessaires pour la scolarisation et la formation universitaire et, dans une moindre mesure, des langues vernaculaires pour les échanges (surtout écrits : documents professionnels, courriels) dans un cadre professionnel.

20Néanmoins, le dialecte libanais porte les traces des langues en présence dans le pays à travers l’emploi de mots comme : « bonjour », « bonsoir », « merci », « pardon », « toilettes », « hi », « thanks », « sorry », « bye » ; termes que même une personne peu ou non scolarisée intègre dans son discours – avec des adaptations phonologiques plus ou moins marquées ([r] roulé et dénasalisation).

21Cependant, des pratiques d’alternances codiques plus importantes se retrouvent dans le parler des jeunes, comme en témoignent ci-dessous certains exemples du corpus, malgré la consigne : « parler en français ».

  • 4 Comment vas-tu ?

22Un phénomène assez représentatif est la commercialisation de tee-shirts qui portent l’inscription : « Hi ! Kifak4 ? Ça va ? », une construction très usitée qui illustre les mélanges linguistiques auxquels se livrent plaisamment les Libanais.

3. De l’unité verbale à l’unité conversationnelle

3.1. Jaʕni, bjæʕne, jæʕne

3.1.1. Jaʕni : une forme verbale de l’arabe classique

23En arabe classique, jaʕni est une forme verbale. Il s’agit de la troisième personne, masculin singulier, de l’inaccompli du verbe ʕana (« signifier »).

24Jaʕni se traduit littéralement en français par « (il) signifie ».

[1] الدخول في زمن الصوم يعني الدخول في صراع روحي ضد الش
  ʔad-duxûl fi zaman ʔaṣ-ṣawm jaʕni ʔad-dukhûl fi sirâʕ rûḥî ḍiḍ ʔaʃ-ʃar
  L’entrée dans la période du carême signifie l’entrée dans un combat spirituel contre le mal.
  (1re ligne extraite d’Internet : http://www.zenit.org/​article-2273?l=arabic)

25L’exemple [1] montre l’emploi à l’écrit, en arabe standard, de jaʕni, verbe conjugué précédé d’un groupe sujet et suivi d’un groupe complément. Jaʕni s’accorde avec le sujet comme dans :

[2] تربية الأطفال تعني أن تكون قدوة للاطفال قبل أن تكون صديقاً لهم
  tarbijat ʔal-ʔaṭfâl taʕni ʔan takûna qudwatan li-l-ʔaṭfâl qabla ʔan takûna ṣadîqan lahum
  L’éducation des enfants signifie que tu sois un modèle pour eux avant que tu ne sois leur ami.
  (1re ligne extraite d’Internet : http://www.dw-world.de/​dw/​article/​0,,5078909,00.html)

Taʕni étant la forme verbale du féminin singulier.

26Jaʕni peut être précédé par un anaphorique « هذا » (haða) ou « ذلك » (ðalika) ou « ما » () (« ça », « cela », « ce qui ») et / ou suivi par « اݩ » (ʔan) (« que »), comme dans l’exemple précédent, pour donner « cela signifie », ou « signifie que », ou encore « cela signifie que », « ce qui signifie que ». L’anaphorique reprend ainsi un ou plusieurs énoncés ; jaʕni demeure au masculin à la troisième personne du singulier. Cette construction permet à jaʕni d’élargir sa portée en reprenant une idée développée sur plusieurs énoncés.

[3] ما يثير الشكوك لديه هو معرفته بعلاقة ما بمحض الصدفة لم يكن على دراية بها. هذا يعني أنه من الضروري على كل فتاة أن تقيّم الشاب على أساس مدى وعيه وتفهمه
  mâ jusir ʔaʃ-ʃukûk ladajh huwa maʕrifatuh bi-ʕalâqa mâ bi-maḥḍ ʔaṣ-ṣiḍfa lam jakun ʕala dirâja biha. Hâða jaʕni ʔannahu min ʔaḍ-ḍarûri ʕala kull fatât ʔan tuqajjim ʔaʃ-ʃâb ʕala ʔasâs madâ waʕjih wa tafahhumih.
  Ce qui suscite les doutes chez lui [l’homme], c’est le fait qu’il découvre par hasard une relation qu’il ignorait. Cela signifie qu’il est essentiel que chaque fille puisse évaluer l’ouverture d’esprit et la compréhension de l’homme.

27La construction haða jaʕni ʔan(na) (« cela signifie que ») est considérée comme une « connective clause » (Kammensjö, 2005 : 127) permettant d’introduire une explication.

28Nous concluons ce point en précisant que jaʕni verbal est la seule forme attestée en arabe classique.

3.1.2. Bjæʕne et jæʕne en libanais : comparaison des formes et des emplois

29Dans le dialecte libanais, bjæʕne est la forme qui correspond à jaʕni. Le [b] s’affixe à toutes les formes verbales à la troisième personne de l’inaccompli dans leur passage dans ce dialecte (jaktub > bjæktob : « il écrit » ; jaʃrab > bjæʃrab : « il boit »), et le [a] se transforme en [æ]. Les terminaisons en [i] deviennent d’une manière générale [e].

30Bjæʕne est donc le masculin de la troisième personne du singulier de l’inaccompli, btæʕne étant la forme que prend le féminin. Les deux genres sont illustrés en [4] et [5]. Les exemples relèvent de l’oral :

[4] شو بيعني سكوته؟
  ʃu bjæʕne skûto ?
  Que signifie son silence ?
  • 5 Autrement dit, « rêver d’une mariée » ou « voir une mariée dans son rêve ».
[5] عروس بالحلم بتعني ورتي
  ʕarûs bəl-ḥələm btæʕne wərte
  Une mariée dans un rêve5 signifie un héritage.
  • 6 Ainsi que dans d’autres dialectes de l’arabe (notamment en syrien), voi (...)

31À côté de ces emplois verbaux, nous retrouvons dans le dialecte libanais6, une forme qui s’apparente morphologiquement et sémantiquement à bjæʕne mais dont la nature est fondamentalement différente et les usages multiples, c’est jæʕne.

  • 7 C’est l’animateur qui s’adresse à deux de ses invités.
[6] مضطرين لأسباب لوجستية نبعدكن عن بعضكن يعني مأعدينكن قبال بعض
  məḍtarrîn li asbêb logistijje nbaʕʕedkon ʕan baʕəḍkon jæʕne mʔaʕdînkon ʔbêl baʕed
  Nous sommes obligés pour des raisons logistiques de vous éloigner l’un de l’autre jæʕne on vous a installés l’un en face de l’autre.
  (1re ligne extraite d’une émission télévisée type talk-show7)
  • 8 Il s’agit d’un exemple pris « comme tel » sur Facebook où, tout comme pour les mails, (...)
[7] eh ne7na 3enna majless nouwweb w 3enna majles wouzara bass heik 7elwin yen7atto decor, lazizin ya3neh
  Oui nous nous avons une Assemblée nationale et un gouvernement qui font un beau décor, ils sont mignons jæʕne.
  (1re ligne extraite d’Internet : Facebook8)

32Cette même forme est celle que les locuteurs du corpus ont employée dans les échanges menés en français :

[8] Pe : maintenant je ne suis pas frustrEE + *jæʕne* euh certAINS désirs + ok sONT réalisés mais pAS tellement OK? mais je ne sens pas la frustration ++ ok?
  • 9 Non c’est que je m’excuse […].
[9] Pe : quand j’arrive à cette compa:gnie et ensuite ça va être mon rôle de prendre des employés peut-être que je ne vais pas appliquer cette méthode je- j’appliquerai la méthode-
  Ji : tu as dit peut-être *jæʕne*
  Pe : *laʔ* *ʔənno*9 je m’excuse c’est pas peut-être (rires)
[10] Ca : à trente ans tu vis ta sexualité *jæʕne* + au maximum ++

33La comparaison de bjæʕne dans [4] et [5] avec jæʕne dans [6] à [10] permet de relever :

  1. du point de vue phonologique, l’absence du [b] ;
  2. du point de vue morphologique, le figement à la troisième personne (perte des désinences verbales) ;
  3. du point de vue syntaxique :
    1. le changement de la construction < sujet – bjæʕne – complément > en un jæʕne employé entre deux énoncés en [6] et en [8], à la fin d’un énoncé en [7] et en [9], ou entre les constituants d’un même énoncé en [10] ;
    2. bjæʕne dans [4] et [5] est un constituant à part entière de la proposition alors que jæʕne dans les exemples [6] à [10] peut être supprimé sans que cela n’affecte la grammaticalité de la proposition.

34Les deux dernières observations (2 et 3 : 1 et 2) montrent que jæʕne relève d’une autre catégorie que bjæʕne. Son comportement dans les exemples [6] à [10] répond aux caractéristiques de la catégorie générale des marqueurs discursifs (désormais MD).

35Dans la mesure où il n’existe pas de définition unique qui puisse rendre compte de tous les aspects caractéristiques des MD, nous proposons une liste de propriétés qui permettent de circonscrire au mieux les traits définitoires de la catégorie.

36Ainsi, les MD :

  1. ont une fonction connective : ils permettent de lier une unité textuelle au discours précédent (Fraser, 1999) ;
  2. ne sont pas intégrés syntaxiquement à l’énoncé, ils sont donc parenthétiques (Brinton, 2008 : 1) et ne contribuent pas au contenu propositionnel ;
  3. sont optionnels : leur suppression ne rend le texte ni agrammatical ni incompréhensible (Brinton, 1996 : 247) ;
  4. ont une fonction principalement pragmatique : ils fonctionnent comme des signaux guidant l’interprétation de l’interlocuteur (Aijmer et Simon-Vandenbergen, 2009), leur compréhension dépend uniquement de paramètres contextuels et cotextuels ;
  5. sont caractéristiques de l’oral (Dostie et Pusch, 2007) puisque la nature spontanée, informelle et fragmentée de l’échange nécessite une interprétation presque instantanée du discours (Mosegaard-Hansen, 1996 : 145) ; ils sont, de ce fait, très fréquents à l’oral ;
  6. jouent un rôle dans la cohérence du discours : ils permettent au locuteur d’organiser son discours et à l’interlocuteur de comprendre des segments distincts comme un tout (Erman et Kotsinas, 1993 : 81) ;
  7. ont une portée variable, c’est-à-dire que l’unité qui contient le marqueur peut revêtir plusieurs formes et que le marqueur peut s’appliquer à un discours plus ou moins long (Mosegaard-Hansen, 1996 : 106) ;
  8. fournissent, d’un point de vue sémantico-pragmatique, des instructions à l’interlocuteur sur la manière d’intégrer leur unité hôte dans une représentation mentale du discours, ils remplissent une fonction métadiscursive (Mosegaard-Hansen, 1998 : 236 ; Traugott, 2004 : 306).

3.2. La pragmaticalisation de jæʕne

37Nous partons de l’hypothèse selon laquelle le MD jæʕne est issu d’un phénomène de pragmaticalisation, définie comme l’évolution d’unités lexicales ou grammaticales donnant lieu à des unités conversationnelles « qui ne jouent [plus] un rôle sur le plan référentiel » (Dostie, 2004 : 27), autrement dit, des unités qui « émerge[nt] de la structure phrastique pour s’approprier un rôle au plan textuel et interpersonnel » (Dostie, 2006 : 2), qui marquent une prise de position métadiscursive par le locuteur.

  • 10 Dostie (2004 : 34), en se référant à Hopper (1991), précise qu’en l’absence (...)
  • 11 Il s’agit plus précisément de la décatégorisation, la paradigmatisation, la (...)

38En l’absence de données diachroniques, et en nous fondant sur une démarche défendue par Hopper (1991 : 20) et par Dostie (2004 : 34-45)10, l’étude du marqueur prend appui sur les principes11 qui guident la pragmaticalisation.

39Ces principes sont appréhendés ponctuellement dans le cadre de l’analyse et nous y reviendrons dans la conclusion pour en dresser un bilan.

40Nous nous penchons aussi sur les propriétés sémantiques des formes verbales d’origine qui peuvent constituer des prédispositions / motivations au / pour le changement.

3.2.1. Hypothèses sur l’origine et l’évolution de jæʕne

41À partir de la comparaison des formes et des emplois des unités verbales et déverbales (3.1 et 3.2, ci-dessus), nous avançons deux hypothèses quant à la forme d’origine de jæʕne, qui reposent sur une même conception de la pragmaticalisation du marqueur, i. e. évolution déterminée par la fixation des stratégies discursives dans des structures morphosyntaxiques, évolution d’éléments lexicaux employés dans des cotextes spécifiques et hautement contraints (Traugott et Heine, 1991 ; Hopper et Traugott, 1993 ; Brinton, 1996) :

Hypothèse 1 : jæʕne est un classicisme ; c’est jaʕni appartenant à l’arabe standard qui développe des emplois déverbaux à partir de son emploi dans une construction verbale connective : (haða) jaʕni (ʔanna) [« (cela) signifie (que) »].

Hypothèse 2 : jæʕne vient de bjæʕne du dialecte libanais et a perdu le [b] – par attrition phonologique – et ses désinences verbales à partir de son emploi dans la construction : (hajda) bjæʕne (ʔənno) [« (cela) signifie (que) »].

  • 12 Brinton (2008 : chap. 5) remet en cause cette hypothèse dans l’étude de (...)

42Ces deux hypothèses correspondent à une tendance de la recherche actuelle qui considère que les MD d’origine verbale, les verbes parenthétiques comme tu vois, tu sais, I mean, you know, etc., trouvent leur origine dans des matrices propositionnelles à complément telles que « I mean (that) »12, « tu vois (que) » ou « (comme) tu vois » (Bolly, 2010).

43Il s’agit pour ces marqueurs, tout comme pour jæʕne, d’emplois déverbaux qui coexistent avec les formes verbales « d’origine ».

44Mais la pragmaticalisation ne dépend pas uniquement de paramètres « externes », i. e. syntaxiques et contextuels (hypothèses 1 et 2), elle est aussi liée aux propriétés « internes » de l’unité d’origine, c’est-à-dire à son sémantisme.

3.2.2. Sur le sémantisme de jaʕni / bjæʕne

45Des différentes études sur les MD d’origine verbale, il ressort que leur équivalent non discursif, à savoir la forme verbale d’« origine », appartient à la catégorie générale des verbes de cognition qui inclut les verbes de connaissance (« savoir », « comprendre », etc.), de perception (« entendre », « écouter », « voir », etc.), de parole (« dire », « parler », etc.), catégorie particulièrement sujette à la pragmaticalisation. D’après Dostie (2006 : 3) :

[…] il semble exister une forme d’affinité entre sens qui rendrait certains développements sinon prévisibles, du moins naturels. C’est comme si, en quelque sorte, certaines unités lexicales étaient prédisposées à se pragmaticaliser.

46Que l’unité d’origine soit jaʕni ou bjæʕne, on est en présence de la même unité réalisée phonologiquement de manière différente. Le sémantisme est donc le même : « signifier ».

47Dans < X bjæʕne Y > / < X jaʕni Y > (X signifie Y), le sémantisme de Y est posé comme équivalent à celui de X, ou explicite celui de X. Il s’agit surtout d’une équivalence mise en place et reconnue par le locuteur. Cette équivalence est prise au sens large car on est confronté à l’une des possibilités suivantes :

  • X et Y sont équivalents ;
  • Y est la définition de X ;
  • Y explique, élabore X ;
  • Y exemplifie X ;
  • Y récapitule, résume X ;
  • Y nomme X.

48Dans tous les cas, l’opération d’identification – au sens large – en discours est une opération cognitive. Selon Fuchs (1994 : 174) :

[…] l’établissement d’une relation de paraphrase se joue sur un autre terrain que celui de la langue : il s’agit d’une stratégie cognitivo-langagière des sujets qui procèdent à une identification momentanée des significations de chacun des deux énoncés, annulant les différences au profit des seules ressemblances.

49Bien qu’il s’agisse dans cette citation d’une remarque sur la paraphrase, cette vision peut être élargie et vérifiée quant aux divers emplois de jaʕni / bjæʕne qui appellent une opération cognitivo-langagière.

50Jaʕni et bjæʕne ont pour interprétation sémantique « signifier ». Ce sémantisme, « cognitif », leur permet de développer des emplois textuels et interpersonnels, donc de se pragmaticaliser.

  • 13 Par « explication de l’intention », on entend ici l’explication d’un acte par la form (...)
  • 14 « NN » pour « nonnatural sense » (Grice, 1957 : 378).

51Mais jaʕni (tout comme bjæʕne) a un autre emploi. Il introduit l’explication de l’intention13, emploi apparenté au concept de « meaningNN »14 de Grice (1957), qui distingue un sens qu’il appelle « naturel » et un autre « non naturel ». Le sens « non naturel » est défini comme suit (Grice, 1957 : 385) :

“A meantNN something by x” is (roughly) equivalent to “A intended the utterance of x to produce some effect in an audience by means of the recognition of this intention” ; and […] to ask what A meant is to ask for a specification of the intended effect.

52Considérons l’énoncé suivant :

[11] ﺇﻦ ﺮﺍﻴﺘﻤﻮﻨﻲ ﺼﺎﻤﻂﺎ فاعلموا ﺃﻦ ﺼﻤﻂﻲ ﻻ ﻴﻌﻨﻲ ﺠﻬﻟﻲ ﺒﻤﺍ ﻴﺪﻮﺮ ﺤﻮﻠﻲ ﻮﻠﻜﻦ ﻤﺍ ﻴﺪﻮﺮ ﺤﻮﻠﻲ ﻻ ﻴﺴﺗﺣﻕ الكلام
  ʔin raʔaytumûni ṣâmitan fa-ʕlamou ʔanna ṣamti lâ jaʕni ʒahli bimâ jadûru ḥawli wa lâkin mâ yadûru ḥawli lâ jastaḥiq al-kalâm
  Si vous m’avez vu silencieux, sachez que mon silence ne signifie pas mon ignorance de ce qui se passe autour de moi mais ce qui se passe autour de moi ne mérite pas la parole.
  (1re ligne extraite d’Internet : http://ejabat.google.com/​ejabat/​thread?tid=79ece30735fbb7be)

Jaʕni est employé ici dans le sens de meanNN. En effet, il introduit l’explication d’une intention, celle que le scripteur a voulu exprimer (et dont il entend qu’elle soit comprise comme telle) par « son silence ». Cet énoncé peut être reformulé par : Ce qui est signifié par mon silence est : « ce qui se passe autour de moi ne mérite pas la parole » (voir Grice, 1957 : 378).

53Ainsi, deux sens principaux sont attribués aux emplois de jaʕni / bjæʕne : celui qui introduit l’explication du sens d’un mot, d’un énoncé ou d’une idée, et celui qui introduit, comme on vient de le voir, l’explication d’une intention.

3.2.3. De quelques motivations de l’évolution

  • 15 Le besoin d’expressivité renvoie à la volonté du locuteur d’agir sur son interlocuteu (...)

54La principale motivation du changement linguistique est le besoin d’expressivité15 des locuteurs. Meillet (1982 [1921] : 139) précise que « ce qui en provoque le début, c’est le besoin de parler avec force, le désir d’être expressif ». Traugott (1982), quant à elle, présente cette motivation par la finalité :

Propositionnel > textuel > expressif.

55Le besoin d’expressivité paraît encore plus évident dans la pragmaticalisation. Les unités qui se spécialisent dans cette fonction, i. e. les MD, et qui interviennent principalement aux niveaux de la cohésion discursive, du guidage de l’interprétation et de l’intersubjectivité, constituent des réponses conversationnelles efficaces aux besoins des sujets parlants.

56À la question : « pourquoi certaines unités se pragmaticalisent-elles et pas d’autres ? », la réponse demande de faire intervenir différents paramètres. Nous en avons déjà présenté deux, concernant l’unité d’origine :

  • son emploi dans des cotextes contraints,
  • son sémantisme cognitif.

S’y ajoute le vide (ou besoin) linguistique, en d’autres termes, ceux de Meillet (1982 [1921] : 133) : « la “grammaticalisation” de certains mots crée des formes neuves, introduit des catégories qui n’avaient pas d’expression linguistique ».

57Tel est le cas pour jæʕne qui constitue le seul élément de son paradigme dans le dialecte libanais. Il existe en arabe classique une particule explicative : [ʔaj], mais cette forme n’a pas été conservée dans les dialectes. Son emploi se différencie de celui de jæʕne en ce qu’elle relie des unités de même niveau : [ʔaj] explique un mot par un autre, un syntagme par un autre, un énoncé par un autre. Ce n’est pas le cas de jæʕne qui relie des unités de niveaux différents faisant preuve, de ce fait, d’un usage plus large.

58Ainsi, parmi les motivations à la base de l’émergence du MD jæʕne figure l’absence, dans le vocabulaire libanais, d’autres unités permettant le marquage du lien d’équivalence ou de reformulation.

3.2.4. Complexification sémantique et attrition phonologique de jaʕni / bjæʕne

  • 16 Nous renvoyons à la distinction opérée par Pop (2000) entre espace métadiscursif et e (...)

59Si le principe d’affaiblissement sémantique rend compte de manière efficace de trajectoires de grammaticalisation, il se révèle inadapté à la pragmaticalisation dans ses premiers stades. C’est pour cette raison que nous rejoignons Traugott (2004) et Dostie (2004) pour parler plutôt de complexification sémantique à travers le passage d’un sens lexical, référentiel à un sens pragmatique, abstrait, méta- voire paradiscursif (Pop, 2000)16.

60On considère les différents emplois de jæʕne (voir infra, 4.3.1 à 4.3.6) comme des actualisations différentes d’une même unité : il s’agit d’un cas de polysémie. Il existe pour tous ces emplois, même pour ceux qui présentent le plus d’opacité par rapport au sens lexical d’origine, un sens commun, sous forme d’instructions, qui s’actualise différemment selon les contextes.

61En ce qui concerne l’attrition phonologique du marqueur, elle est observée à deux niveaux. Le premier n’est valable que si l’hypothèse 2 (jæʕne vient de bjæʕne du libanais) est vérifiée. Si c’est le cas, il s’agirait de la perte du [b] de bjæʕne.

  • 17 Fricative, sonore, non emphatique.

62Le deuxième niveau d’attrition, et ce, quelle que soit la forme d’origine, est le relâchement, dans la prononciation du marqueur, de l’articulation transcrite [jæʕne] jusqu’à l’amuïssement articulatoire total de la pharyngale17 et de la semi-consonne prépalatale [j], i. e. [əne], en passant par [jəne].

63Dans les réalisations les plus relâchées, les occurrences du marqueur tendent à être imperceptibles. En effet, à chaque révision des transcriptions, nous relevions des omissions de notation de certaines occurrences de jæʕne ; ces dernières se fondent prosodiquement dans le flux du discours et seule une écoute très attentive et informée permet de les repérer.

3.2.5. Le figement de jæʕne

  • 18 Expression empruntée à Dostie (2004).

64Ce qui rend jæʕne particulier par rapport aux autres « MD déverbaux »18, c’est que, contrairement à la majorité de ces marqueurs figés à la première ou à la deuxième personne, il porte la marque de la troisième personne.

  • 19 Voir Dostie (2004 : 67-70) pour une présentation plus complète des MD d (...)

65L’étude de Thompson et Mulac (1991) montre qu’en anglais les MD issus de constructions verbales sont à 95 % à la première personne, à 4 % à la deuxième et à 1 % seulement à la troisième personne. En français aussi, la majorité des MD déverbaux s’est figée à la première ou à la deuxième personne : disons, je comprends, dis donc, tu sais, tu vois19, par exemple.

66Les marques de la première et de la deuxième personne constituent des facteurs qui favorisent la pragmaticalisation, la subjectivité et l’intersubjectivité étant des besoins communicationnels essentiels pour les locuteurs. L’unité pragmaticalisée véhicule une expression plus marquée de la subjectivité du locuteur (Dostie, 2004 ; Traugott, 1995 et 2002).

67Dans le cas de I mean, par exemple, l’accent est mis sur la modification du discours antérieur du locuteur lui-même, par opposition à you mean qui permet au locuteur de « modifier » le discours de son interlocuteur (Schiffrin, 1987 : 299). La particularité de jæʕne réside dans le fait que ses emplois recouvrent ces deux possibilités : la même forme est employée par le locuteur pour modifier son propre discours et celui de son interlocuteur. Autrement dit, jæʕne, en discours, acquiert une dimension interpersonnelle en dépit de l’absence du marquage de la première ou deuxième personne d’un point de vue morphologique.

4. Typologie des emplois de jæʕne

68L’origine lexicale de jæʕne (jaʕni ou bjæʕne : « il signifie ») explique un emploi principal de ce dernier comme marqueur de reformulation, emploi qui selon les cas sera rendu par « c’est-à-dire » ou « autrement dit ». À côté de cette fonction figure un large éventail d’emplois renvoyant à des degrés de pragmaticalisation plus ou moins avancés, dans lesquels jæʕne marque la correction, la continuation, le travail de formulation (hésitation, recherche lexicale, planification discursive), etc.

4.1. Méthodologie

69L’objectif est de définir les emplois de jæʕne d’un point de vue sémantico-pragmatique en prenant en compte les paramètres distributionnels et contextuels du marqueur.

70L’intérêt pour jæʕne a été suscité par ses nombreuses occurrences dans les débats du corpus recueilli, en particulier par celles qui marquent les opérations de reformulation. La présente étude est fondée sur des exemples extraits de nos enregistrements.

71En suivant une démarche inductive, nous avons observé les différents emplois de jæʕne en prenant en compte des paramètres prosodiques, distributionnels et sémantico-pragmatiques.

4.1.1. Paramètres prosodiques dans la discrimination des emplois de jæʕne

  • 20 Pour une étude approfondie de la prosodie de connecteurs discursifs et de son rôle da (...)
  • 21 Perception à l’oreille, fidèle à la perception spontanée des locuteurs (voir Dostie, (...)

72Bien qu’une analyse prosodique ait pleinement sa place à côté de l’analyse distributionnelle et pragmatique dans la discrimination des emplois du marqueur20, elle a été restreinte à une analyse perceptuelle21 de l’intonation dans la réalisation du marqueur afin de distinguer deux types :

  • continuative : une intonation légèrement montante annonçant une suite ou « remontée de F0 [fréquence fondamentale] en fin de segment […] manifestant que l’on n’a pas fini de s’exprimer » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 16) ;
  • conclusive : une intonation descendante avec effet de clôture ou « la chute conjointe et rapide (sans allongement) de l’intensité et de F0 à un niveau bas » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 16).

73Une attention particulière a été accordée à l’intonation de l’unité précédant et / ou suivant l’occurrence de jæʕne, principalement pour le cas où l’unité est inachevée.

74Les paramètres suivants se sont avérés indispensables dans la détermination des fonctions du marqueur :

  • la réalisation de jæʕne ;
  • l’allongement vocalique de la dernière syllabe ou l’absence d’allongement ;
  • les pauses22 ou leur absence avant et / ou après jæʕne, ainsi que les autres marques du travail de formulation (désormais TdF) avant et / ou après le marqueur : pauses remplies (« euh »), allongement vocalique.

75Si les aspects sémantico-pragmatiques du marqueur et de son cotexte ont participé à sa compréhension, les fonctions de jæʕne dans le discours n’ont pu être déterminées sans le passage par l’écoute des enregistrements du corpus. Voici un exemple présentant trois occurrences du marqueur qui montre comment les paramètres prosodiques participent à la reconnaissance du rôle de jæʕne.

[12] Ji : je ne sais pas c’est un cas particulier *jæʕne:* euh c’est peut-être que: + euh + *jæʕne* ta famille à toi/ + te laisse faire des choses mais + euh si on parle en générAL + *jæʕne* la vie au Liban il y a des familles qui sont un peu euh ++ traditionnelles qui: euh ne donnent pas de liberté euh + aux FILLes + euh précisément

76En [12], la première occurrence du marqueur est intégrée prosodiquement à son cotexte gauche (absence de pause) et annonce, par son allongement vocalique et son contour intonatif continuatif, une suite, une reformulation, en marquant l’insuffisance informationnelle de la séquence qui précède ; cette première occurrence est suivie d’une pause remplie qui signale le TdF en cours.

77Le deuxième jæʕne apparaît après une séquence de TdF constituée d’un allongement vocalique, d’une pause, d’une pause pleine (« euh »), puis d’une pause. Intégré prosodiquement au cotexte droit et précédé d’une séquence de TdF, jæʕne marque la continuation du discours.

78La troisième occurrence nous intéresse particulièrement. À la lecture et sans le recours aux paramètres sémantico-pragmatiques des unités qui l’entourent, elle serait interprétée comme un emploi reformulatif :

si on parle en générAL + *jæʕne* la vie au Liban

« [L]a vie au Liban » apparaissant comme la reformulation de « si on parle en général ».

79Or, à l’écoute, l’interprétation diffère. En effet, l’absence de pause après « la vie au Liban » et le contour intonatif continuatif de cette unité excluent la lecture reformulative. La formulation de Ji « la vie au Liban il y a des familles » est à entendre comme « au Liban il y a des familles ». Les marques prosodiques permettent donc la compréhension de l’emploi de jæʕne comme continuateur et non comme marqueur de reformulation.

80La prosodie permet aussi la délimitation de l’unité hôte du marqueur et, de ce fait, la détermination de sa position par rapport à cette unité. L’intonation continuative place jæʕne au début de l’unité qui le suit alors que son intonation conclusive marque sa position finale.

81Par ailleurs, pour certaines occurrences, on peut reconnaître la fonction du marqueur alors que sa portée est absente :

[13] Pe : […] #1 [xxx] tu peux commencer- #
  Ji : #2 non mais- mais déjà tu as vingt-cinq ans tu as vingt-six vingt-sept *jæʕne*- #
  Pe : tu peux commencer par payer le premier versement par exemple et chaque fois tu payes de plus/
[14] Ta : #2 oui le problème oui que- # que il y a parfois des gens qui se marient même dans- *jæʕne* dans la jeune génération maintenant/ + ils se marient car son père veut qu’elle se marie de cette personne parce qu’il a- parce qu’il est riche et tout ça et- *jæʕne*-
  Le : il y aura [teʒur] d- il y aura toujours ces exceptions […]
  • 23 Les occurrences observées ici sont marquées en gras.

82En effet, les occurrences de jæʕne en [13] et en [14]23 marquent proactivement un segment de discours dont la formulation a été interrompue par la prise de parole de l’interlocuteur, mais à travers l’écoute, on est en mesure d’y reconnaître une intention de reformulation. Une étude instrumentale de la prosodie du marqueur présenterait un intérêt majeur pour la discrimination de ses emplois.

4.2. La distribution de jæʕne

4.2.1. Méthodologie

La distribution d’un élément sera définie comme la somme de tous les environnements de cet élément. (Harris, 1970 : 14)

83La notion de distribution pour un MD diffère sensiblement de celle applicable aux catégories lexicales. Les MD sont des unités qui ne sont pas grammaticalement dépendantes du verbe constructeur. Ils ne participent pas au contenu propositionnel de leur unité hôte.

84La distribution d’un MD doit être examinée à partir de la portée, scope, du marqueur lui-même. En effet, pour une description pertinente des « environnements » du marqueur, il importe de déterminer le segment du discours sur lequel il porte, d’une part, et d’observer sa position par rapport à cette unité, d’autre part.

85De plus, la prise en compte du segment précédant le marqueur (S1 dans : < S1 – marqueur – S2 >), si celui-ci est en position initiale, ou de celui qui précède son unité hôte lorsque ce dernier est en position finale (S1 dans : < S1 – S2 – marqueur >), constitue une information importante. En effet, Schiffrin, qui définit les marqueurs discursifs comme « sequentially dependent elements which bracket units of talk » (1987 : 31), précise (1987 : 37) :

[…] it is important to note that brackets look simultaneously forward and backward – that the beginning of one unit is the end of another and vice versa.

  • 24 Par doublement cataphorique, nous caractérisons le cas où le marqueur est employé à l (...)

86De ce fait, qu’il soit proactif ou rétroactif, le marqueur présente un double caractère : respectivement, anaphorique / cataphorique et doublement cataphorique24.

87La prise en compte de la séquence antérieure repose sur des paramètres sémantiques et pragmatiques. Elle ne peut pas être définie à partir d’indices formels propres mais nécessite l’interprétation du récepteur. Le cotexte de gauche, précédant l’unité hôte, permet d’affiner l’observation distributionnelle du marqueur.

88On a parlé de séquences, de cotexte de gauche et d’unité hôte, or ces délimitations ne vont pas de soi et supposent, à côté de la dimension pragmatique, une conception préalable des unités constitutives d’un texte oral. Selon Le Goffic (2008 : 329) :

La recherche des unités d’un texte est à la fois une nécessité évidente […] et une source de contradictions inévitables : qui dit unité dit individualisation, indépendance, autonomie, mais qui dit texte (tissu) dit interdépendance des parties.

89Cette question appelle une conception de la syntaxe de l’oral et la notion de macrosyntaxe étudiée par le Groupe aixois de recherche en syntaxe.

90La macrosyntaxe renvoie aux « relations qu’on ne peut décrire à partir des rections de catégories grammaticales » (Blanche-Benveniste (éd.), 1991 : 113). Il s’agit d’« une organisation qui n’est pas fondée sur des catégories mais sur des unités d’ordre pragmatique, sémantique et prosodique » (Blanche-Benveniste, 2008 : 308) et dont les éléments constitutifs sont les énoncés.

91Dans l’étude distributionnelle de jæʕne, on considère comme unité de base l’énoncé, en séparant les occurrences du marqueur aux frontières des énoncés de celles qui apparaissent au sein de l’énoncé et qui portent sur une partie de ses constituants (partie d’énoncé, syntagme, mot). On parlera alors de deux niveaux : le niveau textuel et le niveau de l’énoncé.

4.2.2. Résultats de l’analyse distributionnelle de jæʕne

92Jæʕne au niveau textuel présente une distribution variée. Il a sous sa portée des segments du discours de longueur variable (phrase / paragraphe).

[15] Ji : […] ici au LibAN + il n’y a rien/ il n’y a pas de sécurité sociale si quelque chose t’arrive et tu dois aller à l’hôpital tu dois payer beaucoup d’argen::t t- les- euh toutes les choses il y a beaucoup de saletés sur les rue:s/ il y a-
  Pe : *la2* mais quand même il y a::-
  Ji : #1 *jæʕne* ce qui est bien c’est seulement la famille #
  Pe : #2 il y a la sécurité sociale + #
  Ji : c’est- c’est tout::

93Il peut occuper une position initiale, comme en [15], ou finale, en [16], par rapport à l’énoncé qui constitue sa portée.

[16] Ji : mais il est marié/ à quel an il est marié ?
  Pe : à quel an il est ma-? non il est- il était marié ici au Liban et puis ils- euh #1 ils sont partis #
  Ji : #2 ah il- il est allé ta:rd *jæʕne*

94Son apparition est indépendante de la modalité (déclarative, interrogative en [17], exclamative en [18]) de son énoncé hôte.

[17] Pe : quand je termine mes études
  Ji : *jæʕne* à vingt-trois ans ? vingt-deux ?
[18] Ji : euh je sais que mon pays a besoin de moi ++ mais parfois aussi le pays i- *jæʕne* i- il doit m’offrIR des choses + on ne peut pas continuer comme ça/ *jæʕne* +

95Il peut, enfin, introduire des énoncés d’arrière-plan insérés entre le début d’un énoncé inachevé et sa répétition / son achèvement, jouant ainsi un rôle dans la structuration et dans l’organisation au niveau informationnel, comme dans [19].

  • 25 Afin de faciliter la compréhension de cet exemple, nous avons marqué par (...)
[19] Ta : […] car ces jeunes- ces jeunes gens/ ne savent pas comment exprimer c’est-à-dire leurs sentimen::ts « est-ce que » /- *jæʕne* après quand ils vont grandi:r « est-ce que j’aime cette fille? est-ce que je n’aime pas cette fille? »25 c’est-à-dire ils ne vont pas avoir euh **wiseness enough**

96La locutrice interrompt son énoncé en cours et introduit avec l’emploi de jæʕne l’information qu’elle juge nécessaire pour la compréhension de l’énoncé amorcé, avant de le reprendre.

97Au niveau de l’énoncé, la distribution du marqueur n’est pas moins diverse. Sa portée variable embrasse aussi bien le lexique que les syntagmes. De manière moins fréquente qu’au niveau textuel, jæʕne peut, sur le plan de l’énoncé, être en position finale (voir l’exemple [20]) et cadrer de manière rétroactive des segments de ce dernier.

[20] Ma : euh une ami::e non + une copine/ ++ je n’en ai pas + mais il y a beaucoup d’amies qui:: comm- ++ comment dire/ + pour tous les jours *jæʕne*

98Pour les deux niveaux, l’observation de la distribution du marqueur n’a pu s’affranchir des éléments prosodiques qui ont servi, d’une part, à déterminer la position du marqueur (initale / finale par rapport à son unité hôte) et, d’autre part, en prenant en compte les pauses, à distinguer pour une même distribution du marqueur des fonctionnements différents.

99Jæʕne occupe trois places par rapport à l’énoncé. En position initiale, il fonctionne à un niveau textuel tandis qu’en position médiane, il fonctionne au niveau des éléments constitutifs de l’énoncé. Jæʕne en position finale peut relever de l’un ou l’autre de ces niveaux.

100Toujours pour les deux niveaux, on a relevé l’emploi de jæʕne dans des espaces de rupture trahissant des difficultés dans la formulation : énoncés inachevés et marques de TdF – i. e. pauses silencieuses et pauses remplies (« euh », allongements syllabiques) – constituent fréquemment le cotexte gauche du marqueur.

101En somme, jæʕne se caractérise par une grande liberté syntaxique. Les exemples analysés montrent la « flexibilité » du marqueur, notamment en ce qui concerne sa portée et sa position.

4.3. Les emplois de jæʕne

102L’analyse des emplois de jæʕne est délicate. En effet, ce marqueur présente une distribution variée, il a des emplois divers, pour certains difficiles à cerner ; entre continuation, reformulation, correction, approximation, les frontières s’estompent avec l’emploi de ce MD qui, tout en participant à l’avancement du discours, y indique continûment des retours.

4.3.1. Reformulation

103Le sens de jaʕni / bjæʕne révèle deux sémantismes principaux : l’explication du sens et l’explication d’intention. Jæʕne hérite parfaitement des sémantismes de sa (ses) forme(s) verbale(s) d’origine et permet de marquer des reformulations de nature différente dans le prolongement de ses deux potentialités.

[21] Fy : quand- quand on est- quand on est + très riche
  Ma : mh mh
  Fy : mh:: euh ++ on devient:: comme: euhon- on- on aime l’argent beaucoup et on a beaucoup d’attachement à cet argent + quand on est/ + très euh
  Ma : on devient avare *jæʕne* ?
[22] Ma : tu trouves qu’on:: s- qu’on ne peut pas s’adapterensemble
  Fy : oui on peut pas:: ++
  Ma : *jæʕne* l’un- l’un ne peut pas s’adapter avec le- l’autre […]

104Jæʕne marque les reformulations au niveau textuel et au niveau de l’énoncé. Au niveau textuel, il peut être en position initiale ou en position finale alors qu’au niveau de l’énoncé, il ne peut marquer la reformulation qu’en position finale. Il peut être suivi de pauses et de marques du TdF ou précédé par ces dernières. En position initiale, son regroupement prosodique avec l’un ou l’autre de ses cotextes marque, s’il est regroupé à gauche, la projection d’une reformulation, sinon il est précédé de pauses ou autres signes de TdF et il marque le segment de droite, avec lequel il est regroupé comme étant la reformulation du discours précédent.

4.3.2. Correction

105Bien que la correction fasse partie de la reformulation telle que nous la concevons dans le cadre de ce travail, nous avons séparé les emplois de jæʕne qui marquent la reformulation de ceux qui marquent la correction. Dans les deux cas, jæʕne indique un retour sur le « dit » et l’opération intervient sur le (segment de) discours antérieur. Mais si, dans la reformulation, le deuxième segment présente une élaboration du premier, dans la correction, il s’agit d’un remplacement.

[23] Ta : car il y a encore des parents même qui sont- *jæʕne* des couples qui sont même jeunes ils ont- j’ai un cousin à moi/ il est- *jæʕne* il est un- *jæʕne* il est un couple- *jæʕne* lui et sa femme ils sont jeunes
[23’] Ta : car il y a encore des parents même qui sont-
                  *jæʕne* des couples qui sont même jeunes ils ont-
  j’ai un cousin à moi/ il est-
                  *jæʕne* il est un-
                  *jæʕne* il est un couple-
                  *jæʕne* lui et sa femme ils sont jeunes

106Jæʕne marque une série de corrections en [23]. La représentation en grille (Blanche-Benveniste (éd.), 1991) en [23’] met en évidence le TdF. La première correction porte sur le choix lexical de parents / couple et opère un remplacement. Les hésitations et corrections qui suivent sont les conséquences d’une même difficulté : le passage du générique au spécifique, qui présente une antinomie entre la valeur spécifique construite par « un cousin à moi » et la valeur générique du contexte précédent (voir Morel et Danon-Boileau, 1998 : 75-76).

107En [24], après une hésitation, le locuteur formule « habilités » et annonce immédiatement une rectification du terme anglais adapté phonétiquement.

[24] Ji : […] ici on te prend pas pour tes :: euh ha- habilités *jæʕne* pour tes **abilities** *jæʕne* pour tes : euh
  Pe : capacités
  Ji : capacité ::s éducatives mai :s pour tes- euh pour tes relations publiques et pour les gens que tu connaisses et c’est tout/
  • 26 Ce type de séquence correspond à ce que De Pietro, Matthey et Py (1989) appellent (...)

108Il y a reprise du cotexte droit « pour tes », structure d’accueil du terme recherché. La correction est proposée par l’interlocutrice – « capacités » –, reprise (ratifiée) et complétée par le locuteur avant qu’il ne poursuive son discours26.

4.3.3. Réparation d’arrière-plan

  • 27 Terme emprunté à l’ethnométhodologie (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977 ; Schegloff (...)

109Le marqueur peut apparaître au début de séquences discursives du type « background-repair » (Schiffrin, 1987 : 300). Cet emploi peut être rapproché des emplois d’édition dans la mesure où jæʕne apparaît après une rupture discursive qui correspond à un moment « cognitif » de prise de conscience d’un « problème » ou « trouble source »27. Il s’agit plus particulièrement dans ces cas, et selon les données dont nous disposons, d’un manque qui relève du niveau informationnel.

[25] Ta : IL Y A DES filles parfois qui pren:d l- *jæʕne* moi ce que je vois qu’il y a toujou- *jæʕne* qu’il y aura toujours des exceptions mais la plupart des filles il prend les extrêmes comment dire/ toujours/

110La réparation d’arrière-plan se présente sous la forme d’un énoncé ou d’une proposition qui rompt l’énoncé en cours et qui est suivi par la reprise / répétition de l’amorce en vue de sa complétion. Ce type d’opération relève de l’organisation informationnelle dans le discours dont la visée générale est l’intercompréhension. Pour revenir à nos exemples dans lesquels jæʕne signale ce type de réparation, nous observons qu’il marque, en position initiale, les segments d’« arrière-plan » et relevons les balises d’organisation suivantes :

  • l’emploi de jæʕne,
  • la répétition du segment amorcé.

Ces balises guident l’interlocuteur sur la manière de recevoir l’information ainsi mise en place, et dans sa compréhension.

111Jæʕne occupe toujours une position initiale dans ce type d’opérations. Il peut être suivi et / ou précédé de pauses brèves. Parmi les occurrences de cet emploi du MD dans le corpus, aucune n’est précédée ni suivie de marques de TdF et une seule est précédée d’une pause très brève.

4.3.4. Approximation et rétrocomplétude

112Nous avons dégagé deux principaux types d’emplois de jæʕne rétroactif (non reformulatif, non correctif), dont des exemples représentatifs figurent respectivement en [26] ainsi qu’en [27] et [28], la singularité en [27] et [28] tenant à ce que jæʕne apparaît à la fin d’énoncés interrogatifs.

  • 28 Certaines séquences, marquées par « […] », ont été supprimées afin d’assurer une meil (...)
[26] Ji : oui mai:s- mais pour- pour avoir- pour avoir la chANce d’entrer dans cette compagnie il faut avoir des relations publiques/ *jæʕne* tOUt ça c’est comme des choses un peu politiques/ *jæʕne* + tu ne peux pas entrer- entrer dans euh un dans un tra- tu ne peux pas avoir un travail ou bien être dans une compagnie euh très bien […]28 au Liban si tu n’as pas de- *jæʕne* ici on te prend pas pour tes […] capacité::s éducatives mai:s pour tes- euh pour tes relations publiques et pour les gens que tu connaisses et c’est tout/
  • 29 L’emploi de « mettre » dans cette séquence est à comprendre dans le sens d’« embauche (...)
[27] Ji : #2 je doute + je doute fort # moi- moi je vais mettre29 mon frère parce que ici- + euh comment tu n- tu ne dois pas mettre ton #1 frè:re? et qu’est-ce que va dire ta mère?#
  Pe : #2 c’est-à-dire tu ne dois pas t’occuper des autres si tu fais # qu’est-ce que-
  Ji : qu’est-ce que va dire ton père *jæʕne*? pourquoi tu n’as pas mis ton frère pourquoi [xxx] ?
[28] Ji : tu- tu peux vivre avec- euh avec un IL au Liban? non
  Pe : #1 non je ne peux pas #
  Ji : #2 avec un- tu peux pas # tu peux pas parce que- à cause de #1 ta famille de tes parents #
  Pe : #2 à cause des coutumes des # traditions et tout ça mais- euh
  Ji : toi tu as quelque chose contre ça *jæʕne*? euh si- s’il n’y a pas ces traditions tu as qu- quelque chose contre vivre- + contre le fait de vivre avec un homme […]

113Une difficulté majeure s’est posée au regard de la totalité des emplois illustrés ci-dessus, quant à la détermination de la portée du marqueur. Si nous avons la certitude, et ce, grâce à la prosodie, que le marqueur est rétroactif (intonation descendante), nous n’avons pas pu délimiter le segment du discours sur lequel il porte. Par exemple, en [26], [27] et [28], porte-t-il sur tout l’énoncé ? Ou seulement sur une partie de ce dernier ? Si la réponse à la deuxième question est positive, reste à délimiter les éléments de l’énoncé sur lesquels il porte et à déterminer comment il les modifie.

114Nous pensons que le marqueur en [26] porte sur un segment de l’énoncé, plus particulièrement sur le mot « politiques », et qu’il le marque comme étant l’élément qui complète l’énoncé, surtout que son emploi vient après une suite d’approximations : « c’est comme des choses un peu ». Jæʕne actualise également une valeur de « hedge » (Lakoff, 1972) : comme si le locuteur marquait le mot comme étant approximatif, sollicitant, par ce fait même, l’indulgence de l’interlocuteur et l’acceptation de son emploi. Tel est le cas aussi d’occurrences déjà observées dans l’étude distributionnelle du marqueur :

[29] Ma : euh une ami::e non + une copine/ ++ je n’en ai pas + mais il y a beaucoup d’amies qui:: comm- ++ comment dire/ + pour tous les jours *jæʕne* + *ʔənno* on sort tous les jours mais il n’y a pas de- UNE qui est spécifique
  • 30 Sur la notion de paraphrase discursive, voir Fuchs (1994).

115Il est intéressant de relever, pour la totalité des exemples présentés ci-dessus, les reformulations systématiques des séquences marquées rétroactivement par jæʕne. En effet, en [26], l’opération mise en place par le locuteur semble être déclenchée par l’emploi approximatif du terme « politiques », qui ne satisfait apparemment pas son intention de communication. En [27], il s’agit d’un discours direct attribué au « père de l’interlocutrice » et qui explicite la valeur de « qu’est-ce que va dire ton père ? ». Ce dernier segment se révèle non pas comme une question qui attend une réponse mais comme une mise en scène de l’attitude du « père », c’est-à-dire celle de reproche. En [28], c’est le déictique « ça » qui fait l’objet d’une paraphrase discursive30 et en [29], la reformulation permet une réorganisation de la formulation précédente, hésitante et déployée par à-coups.

116En position finale, jæʕne peut marquer l’aboutissement d’une recherche lexicale, mais il s’avère que la recherche en question n’aboutit pas toujours à un élément satisfaisant, d’où les reformulations observées en [26] et en [29]. Dans des emplois assez similaires, jæʕne marque aussi l’insatisfaction à l’issue d’une formulation (i. e. un énoncé ou des constituants de ce dernier), dans le sens où il invite à considérer qu’une reformulation est possible (exemple [27]) sans que celle-ci ait lieu explicitement.

4.3.5. Continuation

117Par jæʕne continuateur, on entend un emploi qui signale la poursuite par le locuteur de son propre discours.

[30] Ji : je ne sais pas c’est un cas particulier *jæʕne* euh c’est peut-être que: + euh + *jæʕne* ta famille à toi/ + te laisse faire des choses
  • 31 Celle que nous avons marquée en gras.

118L’occurrence de jæʕne en [30]31 marque la poursuite de l’énoncé suspendu par un TdF. Comme le montre cet exemple, jæʕne continuateur est regroupé prosodiquement avec son cotexte droit et précédé par des marques de TdF (« euh », pauses et allongements vocaliques).

119La principale différence entre jæʕne continuateur et jæʕne marqueur de TdF se situe au niveau de la présence de pauses ou de marques de TdF : jæʕne continuateur n’en admet pas dans son cotexte droit immédiat.

4.3.6. Travail de formulation

120Dans les travaux d’Al-Batal (1994) et de Kammensjö (2005), jæʕne a été classé dans la catégorie des discourse fillers, dans le sens où il est employé dans les moments de « panne » et de « planification » discursives. Or, dans le cadre de notre étude, cette fonction de jæʕne est définie comme étant UNE parmi celles que peut avoir le marqueur. Dans ce rôle, jæʕne a été désigné comme « marqueur de TdF ». L’exemple [31] montre la cooccurrence du marqueur avec d’autres signes de ce type de travail.

[31] Ji : je trouve que même si on fait beaucoup de travail ici + *jæʕne* euh les conditions restent les mEmes #1 il y a- il y a beaucoup de gens qui pensent à EUX-mêmes #

121Dans cet exemple, le marqueur peut être identifié à une pause remplie, à la manière de « euh », cette dernière étant définie comme l’indice d’une « intention de continuation » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 82). Mais, même si jæʕne partage avec « euh » la fonction de marque de TdF, il ne se réduit pas pour autant à un son, à un discourse filler. Jæʕne a une signification qu’il actualise dans le contexte particulier de son emploi dans le cadre du TdF. Il signale à l’interlocuteur l’effort en cours pour produire une forme correspondant à l’intention de communication du locuteur.

4.3.7. Bilan des emplois de jæʕne

  • 32 Ou une situation antérieure, bien que le corpus n’en fournisse aucun exemple.

122Il est apparu, comme dénominateur commun à tous ses emplois, que jæʕne suppose toujours un discours antérieur32 au segment du discours qu’il marque. Autrement dit, il assigne à son unité hôte un rôle ou une valeur à inférer du discours antérieur. Tout en modifiant / ajustant / faisant avancer le discours, il maintient l’attention du locuteur et par conséquent, celle de son interlocuteur, sur « ce qui a été dit ». Mais jæʕne n’est pas pour autant tourné vers l’interlocuteur. Son emploi montre une centration sur le discours (une fonction « méta »), même si l’objectif ultime de tout discours est l’échange, l’action sur autrui, l’intercompréhension.

123Jæʕne présente une unité thématique avec son cotexte gauche, dans le sens où il ne peut pas marquer un changement de « sujet », mais, au contraire, une progression thématique qui s’inscrit dans la même orientation argumentative que le discours antérieur.

124Dans tous ses emplois, jæʕne montre un fonctionnement étroitement lié à la formulation, que ce soit dans l’entreprise de son amélioration / réorganisation (reformulation), dans sa correction, dans ses difficultés (TdF) ainsi que dans ses aboutissements (continuation et approximation). Il est donc intimement lié à des problèmes de formulation, des formulations « qui ne vont pas de soi » (Authier-Revuz, 1995).

125Ce qui s’avère commun à tous les emplois de jæʕne et qui constitue une piste sérieuse dans une future entreprise visant à déterminer la signification du morphème, est l’idée d’insatisfaction qu’il actualise de manière variée selon ses emplois. Cette insatisfaction concerne des éléments de la situation antérieure. Pour la totalité des occurrences relevées dans le corpus, il s’agit de la situation discursive, mais pour des emplois attestés dans le dialecte libanais, il peut s’agir d’une situation extradiscursive, par exemple :

[32] A fait tomber un vase.
  B : jæʕne ! + tu es le roi des bêtises !

126L’exemple [32] montre un emploi de jæʕne qui diffère sensiblement des emplois observés dans le corpus. Il en est de même pour jæʕne en [33] :

[33] A : comment se passe ton séjour ?
  B : jæʕne

où il fonctionne comme un adverbe et peut être traduit par « couci-couça ».

127Dans chacun de ces deux exemples, jæʕne exprime l’attitude du locuteur, liée à l’insatisfaction.

Typologie des emplois de jæʕne dans le corpus

  • 33 Pauses remplies : « euh », allongements syllabiques.
Type Fonction Distribution Position Pauses et autres marques de TdF33
T 1 Marqueur de reformulation textuel initiale ou finale admet avant et / ou après sauf en position finale (jamais avant)
énoncé initiale
T 2 Correction textuel initiale admet avant et / ou après sauf en position finale (jamais avant)
énoncé initiale ou finale
T 3 Réparation d’arrière-plan textuel
énoncé
initiale jamais avant
T 4 Approximation
Rétrocomplétude
textuel
énoncé
finale jamais avant
T 5 Continuateur énoncé initiale toujours avant
jamais après
T 6 TdF énoncé initiale nécessite avant et / ou après

5. Conclusion

128Nous avons montré, à travers une démarche inductive comparant les formes jaʕni, bjæʕne, jæʕne et leurs fonctions, et en nous inscrivant dans le cadre théorique de la pragmaticalisation (Dostie, 2004 ; Erman et Kotsinas, 1993 ; Hopper et Traugott, 1993), que jæʕne est un marqueur discursif déverbal dont les emplois se sont développés à partir de l’emploi de l’unité verbale d’origine dans un cotexte contraint : une construction conjonctive. Nous avons relevé pour jæʕne une externalisation de la proposition et une distribution échelonnée.

  • 34 Ces principes sont présentés par Dostie (2004). Le principe de superposition renvoie au f (...)

129Notre approche de la pragmaticalisation du marqueur s’est principalement fondée sur l’observation de principes qui guident les changements linguistiques. En effet, à côté de la décatégorisation (perte des marques morphologiques et des particularités syntaxiques de la forme et de la catégorie verbales, et acquisition des propriétés de la catégorie des MD) et de la paradigmatisation (intégration de jæʕne à de nouveaux paradigmes, ceux des marqueurs de formulation / reformulation), nous avons observé les principes de superposition (layering) et de persistance34 et à travers les différents emplois du marqueur – en synchronie et qui coexistent avec la forme verbale d’origine (bjæʕne / jaʕni) – parmi lesquels figure celui qui reflète le sens de l’unité d’origine, à savoir jæʕne marqueur de reformulation. Nous avons aussi relevé, d’un point de vue phonologique, une attrition dans certaines réalisations du marqueur.

130Il est intéressant de souligner qu’en dépit de son figement à la troisième personne, jæʕne partage des emplois avec la construction verbale parenthétique « je veux dire », témoignant ainsi de l’acquisition d’une dimension expressive, le besoin d’expressivité étant d’ailleurs à la base des phénomènes d’évolution.

131La variation synchronique des emplois de jæʕne mise en évidence à travers la typologie de ses différents emplois dans le corpus est la trace d’un processus diachronique de pragmaticalisation. On pourrait penser que chacun de ces emplois correspond à un degré différent de pragmaticalisation.

132Nous pensons aussi que ce processus est loin d’être achevé au vu du potentiel multifonctionnel dont fait preuve le marqueur. En ce sens, nous rejoignons Erman (2001 : 1357) qui précise :

[…] once this process has started the doors are open for meaning shift and language change to take place.

133Par ailleurs, on relève les limites d’une typologie qui se fonde sur un corpus qui n’est pas représentatif de tous les emplois du marqueur et où jæʕne apparaît comme un phénomène d’alternance codique. Néanmoins, elle rend compte des emplois du marqueur dans le corpus et constitue un point de départ pour une typologie exhaustive qui requerrait des interactions en libanais.

134Enfin, en lien avec le contexte dans lequel les occurrences ont été observées, un grand nombre d’emplois de jæʕne, ceux qui marquent le TdF, sont typiques des situations exolingues où le marqueur traduit les difficultés quant à la formulation. On pourrait penser que ce type d’emploi est lié, de manière générale, à une situation cognitive difficile.

Conventions de transcription

+ pause courte (++ moyenne, +++ longue)
: allongement vocalique (::, :::, selon la durée)
/ intonation montante
? intonation interrogative
j- j’ai le tiret marque une troncature (un autre exemple : il faut les remp- remplacer ou il par- il s’en allait)
NON mot prononcé de façon accentuée
[xxx][stazje] mot ou segment inaudible, ou incompréhensible, ou transcription phonétique
#1 blabla##2 blibli# chevauchement des tours de parole
euh hésitation, pause remplie
(rires) commentaire du transcripteur pour caractériser des phénomènes non verbaux
*laʔ* mot ou segment en libanais (transcription phonétique)
**already** mot ou segment en anglais
Haut de page

Bibliographie

Aijmer, K. et Simon-Vandenbergen, A.-M. 2009. Pragmatic Markers. In J-O. Östman et J. Verschueren (éd.), Handbook of Pragmatics. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins : 223-247.

Al-Batal, M. 1994. Connectives in Arabic Diglossia : The Case of Lebanese Arabic. In M. Eid, V. Cantarino et K. Walters (éd.), Perspectives on Arabic Linguistics VI : Papers from the 6th Annual Symposium on Arabic Linguistics. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins : 91-119.

Authier-Revuz, J. 1995. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse. T. I et II.

Blanche-Benveniste, C. 2008. De quelques rapports entre données, textes et grammaire. In D. Van Raemdonck (éd.), Modèles syntaxiques. La syntaxe à l’aube du XXIe siècle. Bruxelles – Bern – Berlin : P. Lang : 297-328.

Blanche-Benveniste, C. (éd.) 1991. Le français parlé. Études grammaticales. Paris : CNRS Éditions.

Bolly, C. 2010. Pragmaticalisation du marqueur discursif tu vois. De la perception à l’évidence et de l’évidence au discours. In F. Neveu et al. (éd.), Actes du congrès mondial de Linguistique française (CMLF 2010). Paris : Institut de linguistique française : 673-693. En ligne à l’adresse suivante : http://www.linguistiquefrancaise.org/articles/cmlf/pdf/2010/01/cmlf2010_000243.pdf.

Bourdieu, P. (éd.) 1993. La misère du monde. Paris : Seuil.

Brinton, L. 1996. Pragmatic Markers in English : Grammaticalization and Discourse Functions. Berlin – New York : Mouton de Gruyter.

Brinton, L. 2003. I Mean : The Rise of a Pragmatic Marker. Georgetown University Round Table on Languages and Linguistics (GURT 2003). Georgetown University.

Brinton, L. 2008. The Comment Clause in English. Syntactic Origins and Pragmatic Development. Cambridge : Cambridge University Press.

Campione, E. et Véronis, J. 2004. Pauses et hésitations en français spontané. Actes des XXVe journées d’études sur la Parole (Fès, Maroc, 19-22 avril 2004). En ligne à l’adresse suivante : http://sites.univ-provence.fr/veronis/pdf/2004-Campione-JEP.pdf.

De Pietro, J.-F., Matthey, M. et Py, B. 1989. Acquisition et contrat didactique : les séquences potentiellement acquisitionnelles dans la conversation exolingue. In D. Weil et H. Fougier (éd.), Actes du 3e colloque régional de Linguistique. Strasbourg : Université des sciences humaines et Université Louis Pasteur : 99-124.

Dostie, G. 2004. Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique. Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Dostie, G. 2006. Les marqueurs discursifs et la variation régionale. Approche lexico-sémantique. Annual Conference of the Association for French Language Studies – AFLS (Bristol, University of West of England, 5 au 7 septembre 2006). En ligne à l’adresse suivante : http://www.usherbrooke.ca/catifq/fileadmin/sites/catifq/contributions/DOSTIE_Marqueurs.pdf.

Dostie, G. et Pusch, C. 2007. Présentation. Les marqueurs discursifs. Sens et variation. Langue française 154 : 3-12.

Erman, B. 2001. Pragmatic Markers Revisited with a Focus on You Know in Adult and Adolescent Talk. Journal of Pragmatics 33 (9) : 1337-1359.

Erman, B. et Kotsinas, U.-B. 1993. Pragmaticalization : The Case of Ba’ and You Know. Studier I modern språkvetenskap 10 : 76-93.

Fraser, B. 1999. What Are Discourse Markers ? Journal of Pragmatics 31 (7) : 931-952.

Fuchs, C. 1994. Paraphrase et énonciation. Paris – Gap : Ophrys.

Gadet, F. 2003. Derrière les problèmes méthodologiques du recueil des données. Texto, juin-septembre. En ligne à l’adresse suivante : http://www.revue-texto.net/Inedits/Gadet_Principes.html.

Grice, H.P. 1957. Meaning. The Philosophical Review 66 (3) : 377-388. En ligne à l’adresse suivante : http://semantics.uchicago.edu/kennedy/classes/f07/pragmatics/grice57.pdf.

Harris, Z. 1970. La structure distributionnelle. Langage 5 (20) : 14-34.

Hopper, P.J. 1991. On some Principles of Grammaticization. In E. Traugott et B. Heine (éd.), Approaches to Grammaticalization. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins. Vol. 1, Focus on Theoretical and Methodological Issues : 17-35.

Hopper, P.J. et Traugott, E. 1993. Grammaticalization. Cambridge : Cambridge University Press.

Jefferson, G. 1972. Side Sequences. In D.N. Sudnow (éd.), Studies in Social Interaction. New York – Londres : Free Press – Collier-Macmillan : 294-333.

Kammensjö, H. 2005. Discourse Connectives in Arabic Lecturing Monologue. Göteborg : Acta Universitatis Gothoburgensis.

Kanaan, L. 2011. Reformulations, contacts de langues et compétences de communication : analyse linguistique et interactionnelle dans des discussions entre jeunes libanais francophones. Thèse de doctorat non publiée. Université d’Orléans.

Kanaan, L. 2013. Jæʕne et c’est-à-dire en contact dans des discussions entre Libanais francophones : interférence des emplois de l’arabe jæʕne sur ceux de c’est-à-dire en français. Travaux du CLAIX 24 : 323-335.

Kerbrat-Orecchioni, C. 2005. Le discours en interaction. Paris : A. Colin.

Lakoff, G. 1972. Linguistics and Natural Language. In G. Harman et D. Davidson (éd.), Semantics of Natural Language. Dordrecht – Boston : D. Reidel : 545-665.

Le Goffic, P. 2008. Phrase, séquence, période. In D. Van Raemdonck (éd.), Modèles syntaxiques. La syntaxe à l’aube du XXIe siècle. Bruxelles – Bern – Berlin : P. Lang : 329-356.

Marchello-Nizia, C. 2006. Grammaticalisation et changement linguistique. Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Meillet, A. 1982 [1921]. Linguistique historique et linguistique générale. Genève – Paris : Slatkine – Champion. Chap. : L’évolution des formes grammaticales : 130-148.

Morel, M.-A. et Danon-Boileau, L. 1998. Grammaire de l’intonation. L’exemple du français oral. Paris – Gap : Ophrys.

Mosegaard-Hansen, M.-B. 1996. Some Common Discourse Particles in Spoken French. In M.-B. Mosegaard-Hansen et G. Skytte (éd.), Le discours : cohérence et connexion. Copenhague : Museum Tusculanum Press : 105-149.

Mosegaard-Hansen, M.-B. 1998. The Semantic Status of Discourse Markers. Lingua 104 (3-4) : 235-260.

Petit, M. 2009. Discrimination prosodique et représentation du lexique : application aux emplois des connecteurs discursifs. Thèse de doctorat non publiée. Université d’Orléans.

Pop, L. 2000. Espaces discursifs : pour une représentation des hétérogénéités discursives. Louvain – Paris : Peeters.

Schegloff, E.A. 1979. The Relevance of Repair to Syntax-for-Conversation. In T. Givón (éd.), Discourse and Syntax. Syntax and semantics 12. New York – San Francisco – Londres : Academic Press : 261-286.

Schegloff, E.A., Jefferson, G. et Sacks, H. 1977. The Preference for Self-Correction in the Organization of Repair in Conversation. Language 53 (2) : 361-382.

Schiffrin, D. 1987. Discourse Markers. Cambridge : Cambridge University Press.

Thompson, S.A. et Mulac, A. 1991. A Quantitative Perspective on the Grammaticization of Epistemic Parentheticals. In E. Traugott et B. Heine (éd.), Approaches to Grammaticalization. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins. Vol. 1, Focus on Theoretical and Methodological Issues : 313-329.

Traugott, E. 1982. From Propositional to Textual and Expressive Meanings : Some Semantic-Pragmatic Aspects of Grammaticalization. In W.P. Lehmann et Y. Malkiel (éd.), Perspectives on Historical Linguistics. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins : 245-271.

Traugott, E. 1995. Subjectification in Grammaticalization. In D. Stein et S. Wright (éd.), Subjectivity and Subjectivisation : Linguistic Perspectives. Cambridge : Cambridge University Press : 31-54.

Traugott, E. 2002. From Etymology to Historical Pragmatics. In D. Minkova et R. Stockwell (éd.), Studying the History of the English Language : Millennial Perspectives. Berlin : Mouton de Gruyter : 19-49.

Traugott, E. 2004. Le rôle de l’évolution des marqueurs discursifs dans une théorie de la grammaticalisation. In J. Fernandez-Vest et S. Carter-Thomas (éd.), Structure informationnelle et particules énonciatives : essai de typologie. Paris : L’Harmattan : 295-333.

Traugott, E. et Heine, B. (éd.) 1991. Approaches to Grammaticalization. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins. Vol. 1, Focus on Theoretical and Methodological Issues et 2, Focus on Types of Grammatical Markers.

Traverso, V. 2000. Autour de la mise en œuvre d’une comparaison interculturelle. In V. Traverso (éd.), Perspectives interculturelles sur l’interaction. Lyon : Presses universitaires de Lyon : 33-51.

Haut de page

Notes

1 Différentes notations du marqueur sont attestées : jaʕni, ja’ni dans les travaux scientifiques (Al-Batal, 1994 ; Kammensjö, 2005 ; Traverso, 2000) et ye3né, ya3né, yaane dans les échanges de Libanais utilisant l’alphabet latin notamment par SMS et sur les réseaux sociaux (le chiffre 3 est une représentation du son [ʕ]).

2 Corpus de langue parlée en interaction, université de Lyon II.

3 Un phénomène linguistique intéressant est apparu avec le développement des moyens de communication électroniques (courriels et SMS) et des réseaux sociaux, c’est l’écriture du dialecte libanais dans des messages informels en utilisant, non pas l’alphabet arabe, mais l’alphabet latin. Les scripteurs ont recours à certains chiffres (2, 3, 5, 7, 8 et 9) pour représenter des lettres arabes n’ayant pas d’équivalent dans l’alphabet latin.

4 Comment vas-tu ?

5 Autrement dit, « rêver d’une mariée » ou « voir une mariée dans son rêve ».

6 Ainsi que dans d’autres dialectes de l’arabe (notamment en syrien), voir Traverso (2000).

7 C’est l’animateur qui s’adresse à deux de ses invités.

8 Il s’agit d’un exemple pris « comme tel » sur Facebook où, tout comme pour les mails, SMS, etc., l’emploi de l’alphabet latin pour « parler » en libanais est extrêmement répandu (2 est employé conventionnellement par les scripteurs pour marquer le [ʔ], 3 pour marquer le [ʕ] et 7 pour le [ḥ]).

9 Non c’est que je m’excuse […].

10 Dostie (2004 : 34), en se référant à Hopper (1991), précise qu’en l’absence de données diachroniques, il est tout à fait possible d’appréhender le changement linguistique à partir d’observations / de vérifications de principes qui guident l’interprétation de faits historiques.

11 Il s’agit plus précisément de la décatégorisation, la paradigmatisation, la persistance, l’attrition phonologique, la fixation de position et la superposition (voir Dostie, 2004 : 35).

12 Brinton (2008 : chap. 5) remet en cause cette hypothèse dans l’étude de I mean en particulier. Pour elle, la naissance de ce marqueur viendrait plutôt de la construction suivante : I mean + une catégorie syntagmatique (SN, SV, SA ou SAdv).

13 Par « explication de l’intention », on entend ici l’explication d’un acte par la formulation de l’intention sous-jacente, l’effet visé, comme l’illustre l’exemple [11].

14 « NN » pour « nonnatural sense » (Grice, 1957 : 378).

15 Le besoin d’expressivité renvoie à la volonté du locuteur d’agir sur son interlocuteur en parlant avec force, pour « frapper » son attention.

16 Nous renvoyons à la distinction opérée par Pop (2000) entre espace métadiscursif et espace paradiscursif, le premier étant l’« espace des reformulations » alors que le deuxième correspond à celui du « discours en train de se faire » (ou espace des (pré)formulations).

17 Fricative, sonore, non emphatique.

18 Expression empruntée à Dostie (2004).

19 Voir Dostie (2004 : 67-70) pour une présentation plus complète des MD déverbaux selon différents paramètres : personne, ordre (pronom + verbe / verbe + pronom), forme (positive / négative), etc.

20 Pour une étude approfondie de la prosodie de connecteurs discursifs et de son rôle dans la discrimination de leurs emplois, voir Petit (2009).

21 Perception à l’oreille, fidèle à la perception spontanée des locuteurs (voir Dostie, 2004 : 54-55).

22 Si les pauses remplies renvoient toujours au travail de formulation, les pauses silencieuses ont un double rôle : elles peuvent être selon les cas, 1/ démarcatives et participer à la structuration du discours ou 2/ des pauses d’hésitation (comme les pauses remplies) (voir Campione et Véronis, 2004).

23 Les occurrences observées ici sont marquées en gras.

24 Par doublement cataphorique, nous caractérisons le cas où le marqueur est employé à la fin d’une unité discursive qui constitue sa portée (de manière cataphorique, donc) et pour laquelle il donne des instructions d’interprétation (de manière cataphorique encore une fois) par rapport à une unité discursive antérieure.

25 Afin de faciliter la compréhension de cet exemple, nous avons marqué par des guillemets des segments posés par Ta comme des séquences de discours direct appartenant aux « jeunes gens » en question.

26 Ce type de séquence correspond à ce que De Pietro, Matthey et Py (1989) appellent les « séquences potentiellement acquisitionnelles » ou, dans une conception plus large, « side sequences » (Jefferson, 1972).

27 Terme emprunté à l’ethnométhodologie (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977 ; Schegloff, 1979).

28 Certaines séquences, marquées par « […] », ont été supprimées afin d’assurer une meilleure lisibilité de l’extrait par rapport à l’analyse que nous proposons.

29 L’emploi de « mettre » dans cette séquence est à comprendre dans le sens d’« embaucher ».

30 Sur la notion de paraphrase discursive, voir Fuchs (1994).

31 Celle que nous avons marquée en gras.

32 Ou une situation antérieure, bien que le corpus n’en fournisse aucun exemple.

33 Pauses remplies : « euh », allongements syllabiques.

34 Ces principes sont présentés par Dostie (2004). Le principe de superposition renvoie au fait que « l’émergence de nouvelles unités n’entraîne pas nécessairement l’élimination d’anciennes » (Dostie, 2004 : 36). Le principe de persistance est présenté comme suit : « dans les stades intermédiaires où il y a pragmaticalisation, on peut s’attendre à ce qu’une forme soit polysémique et à ce qu’un ou plusieurs sens reflètent le sens d’origine » (Dostie, 2004 : 35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Layal Kanaan, « Jæʕne dans le discours des Libanais : pragmaticalisation, distribution et emplois d’un marqueur discursif déverbal », Discours [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 23 décembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://discours.revues.org/8856 ; DOI : 10.4000/discours.8856

Haut de page

Auteur

Layal Kanaan

LLL, UMR 7270
Université d’Orléans

Haut de page
  • Logo PUC
  • Revues.org